Le Conseil de l’ordre des infirmiers du Tarn répond à Linda Gourjade

Partager sur :

A la suite de la mise en ligne de l’article intitulé «Linda Gourjade pour la suppression de l’Ordre Infirmier», nous avons reçu de Françoise Vassor, Présidente du conseil de l’ordre des infirmiers du Tarn, un droit de réponse -que nous publions dans son intégralité- afin de rétablir quelques vérités auprès de nos lecteurs.

«Le conseil départemental du Tarn a sollicité un entretien avec Mme Gourjade qui n’a pas souhaité  proposer un rendez-vous aux  infirmiers. Cela aurait pourtant permis de l’éclairer sur la réalité de notre institution et de notre profession.          

Prétendre qu’une majorité des infirmiers est opposée à notre institution est sans fondement. Ainsi, selon un sondage récent d’Harris Interactive (septembre 2015) auprès d’un échantillon représentatif d’infirmiers et d’infirmières, 67% des infirmiers estiment que leur profession manque d’unité et 63% que cette profession nécessite d’être représentée par un organisme unitaire et indépendant. Il n’est pas honnête d’instrumentaliser les infirmiers.

Il n’est pas honnête d’instrumentaliser les infirmiers.
Il est faux d’affirmer que l’Ordre ne remplit pas ses missions fixées par la loi.

Il est faux d’affirmer que l’Ordre ne remplit pas ses missions fixées par la loi. L’Ordre contrôle l’accès à la profession des nouveaux infirmiers (plus de 15000 par an) et des infirmiers en provenance des autres pays européens (plusieurs centaines par an), garantit la déontologie des infirmiers par un accompagnement juridique quotidien sous forme de conseils, assistance, réunions de conciliation et si nécessaire par des procédures disciplinaires (près de 300 en quatre ans) ou encore en contrôlant les avantages versés par l’industrie pharmaceutique reçus par des infirmiers (5000 par an).

Enfin Mme Gourjade prétend qu’une alternative publique est possible. C’est méconnaître profondément le principe de l’ordre qui est d’être un organisme totalement indépendant y compris à l’égard de l’Etat.»

Françoise Vassor
Présidente du conseil de l’ordre des infirmiers du Tarn