Amicale Philatélique de Castres : 80 ans et toujours dans le bain

Partager sur :

La cinquantaine de « timbrés » de l’Amicale philatélique de Castres présentera ces « 80 ans » de jeunesse, salle Jeanne Cabrol (Maison des Associations, Place du 1er mai, 81100. Castres), le samedi 14 avril (après-midi) et le dimanche 15 avril (de 10h à 12h et de 14h à 17h). L’entrée est libre et gratuite.

En effet, l’exposition n’a pas de thème particulier. Elle laisse libre cours aux adhérents : la philatélie à travers leur personnalité, leur vision et leurs propres intérêts.

Parmi les thèmes développés :

  • Cartes maximum en France (1900-1950)
  • Cachets des ambulants (1852-1875)
  • Les timbres type Sabine de Pierre Gandon : tarifs postaux de la lettre simple, régime intérieur
  • Ensembles des oblitérations et cachets de de la commune de Castres depuis 1938
  • Curiosités hors du commun, découvertes depuis 1938
  • Souvenirs philatéliques de l’Amicale
  • Objets de la Poste
  • Cartes postales
  • Anciens pèse-lettres
  • Poste enfantine… et si on jouait à la postière… ou au facteur !
  • Evolution de l’APC : éditions réalisées (cartes postales et enveloppes), évolution des statuts et présentation d’imprimés, documents originaux d’inscription en sous-Préfecture, le 1er registre de comptes rendus d’activités, vieux albums et classeurs de timbres, catalogue de cotation de timbres-poste de France en 1948, le cachet de l’Amicale à l’origine, dite établie à « Castres-sur-Agout »…

Un bureau temporaire avec cachet spécial illustré est à la disposition du public

Les 80 ans de l’APC

Toute naissance se prépare. Des Castrais collectionnaient des timbres bien avant 1930 (1), et pratiquaient des échanges. Une douzaine de personnes se réunissent les 1er et 3ème mardis de chaque mois au 1er étage du café Palmarium. En 1936, cinq personnes, chez M. Norbert Raynaud, pensent élargir ce modeste cercle d’« initiés » et s’associer.

Une réunion de constitution d’association loi 1901 aura lieu le 19 avril 1938 (parution au Journal Officiel : 09.05.1938), au domicile du futur président.

Un comité de direction (2) est ainsi formé :

  • Président : M. Théophile Thibaud, commandant (ancien Chef de Bataillon d’Infanterie Coloniale),
  • Vice-présidents : MM Aimé Barthas, comptable et Camille Vidal, négociant,
  • Secrétaire : Mlle Aimée Bes, employée de bureau,
  • Secrétaire adjoint : M. Norbert Raynaud, négociant,
  • Trésorier : M. Pierre Négrier, négociant,
  • « Chef des échanges » et responsable des nouveautés : M. Jean Curvale, employé de commerce.

Ce comité met en place une section pour les enfants de 8 à 14 ans, présentés par leurs parents : les « pupilles » (3), encadrés par deux adultes, dont Mademoiselle BES. L’Amicale Philatélique de Castres (4) vit, hélas, les années sombres de 39-45.

Ainsi 39 personnes (5), dès juin, participent à une exposition de peinture et de philatélie, organisée par l’ESSI (6), dans une salle de la bibliothèque, à la mairie. Le 29 octobre 1938, la Fédération Française de la Philatélie accepte l’APC dans son sein.

Le nombre s’adhérents augmentant, les réunions se font dans une salle plus grande, au café du Commerce (7)8, place Nationale.

Le 5 mai 1939, le ministère des PTT, en accord avec la Croix-Rouge, institue la Journée Nationale du Timbre : 45 villes répondent à l’appel, dont Castres, ainsi placée sur la liste des villes organisatrices.

En 1942, l’APC crée une bibliothèque où de nombreux ouvrages (8) sont mis à la disposition de ses membres.

L’APC est présente aux Foires Expositions de la ville de Castres, dès 1951. En 1958, l’amicale organise la parution du 1er Jour du timbre rappelant l’oeuvre

du docteur PINEL, à Jonquières. En 1959, le musée Goya (9) obtient le bureau postal spécial pour le 1er Jour du timbre Jean Jaurès, et l’APC collabore à cette évocation.

En 1961, le Défilé Historique devient Festival d’Histoire et ajoute à ses festivités un bureau postal et une exposition philatélique. L’amicale ne refuse pas l’invitation à cette grande manifestation.

L’APC est présente là où elle invite. Elle participe à des manifestations locales… En 1976, l’APC crée AMIPHIL (10), bulletin d’informations (actualités philatéliques et postales, anecdotes…) pour les adhérents.

En 1980, l’APC se sépare de la Fédération Française des Associations Philatéliques et n’organise plus la Journée du Timbre, au profit de la Journée de la Philatélie.

« Enfin ! Le combat de dix ans mené par l’Amicale philatélique de Castres n’aura pas été vain. La ténacité des philatélistes, qui rêvaient d’un timbre officiel dédié à Castres, a porté ses fruits. Après une première confirmation du projet en juillet dernier, la date d’émission et le thème retenu pour illustrer le timbre viennent d’être annoncés officiellement. « L’émission du timbre est prévue en principe pour le 20 juillet, lors de l’arrivée du Tour de France dans la sous-préfecture, se réjouit Joseph Izard, président de l’amicale. Il sera illustré par le jardin de l’Evêché et sera édité avec le cachet spécial Premier Jour ». » (La Dépêche du Midi – 15 janvier 2007)

Les 16 et 16 février 2013, les membres de l’APC ont fêté les 75 ans de cette association, en offrant à chacun l’AMIPHIL n°279, sous forme exceptionnelle de livret (une page pour chaque année : 75 ans = 75pages).

En 2018, les 3 réunions mensuelles et l’exposition annuelle sont toujours d’actualité chez les « timbrés » de l’APC.

Une anecdote parmi d’autres

Aimée BES et les pupilles, dont elle s’occupe : L’un d’eux souhaite présenter une thématique sur les monuments en France, donc par le timbre ; il a brossé une étude complète réalisée en fonction des vignettes sorties par la poste, mais au montage final, il lui manque celle du pont du Gard, timbre émis en 1929 ; mais c’est une grosse faciale à 20 F. Il est désolé et n’a pas la possibilité de montrer et compléter son travail. Il est reçu dans le salon de Melle Bès, qui, sans

mot dire, se baisse à quatre pattes face à une armoire, retirant du dessous un grand carton sanglé. Puis elle le pose en bout de table, silencieuse, tourne du papier puis prend une feuille qu’il observe de l’autre extrémité de la table : elle plie avec précautions, dans un sens puis dans l’autre, et détache finalement un bout de papier qu’elle lui présente et qu’il ne découvre qu’enfin : merveille des merveilles ! C’est un authentique Pont du Gard (13), état neuf, fraîcheur postale comme il se dit. « Il est toi, dit-elle, tu le mérites bien ! »

Ce timbre (35,8 X 20,3 mmm ; dentelure : 13 ½ X 14), d’une valeur faciale de 20,00 F, existe en 2 variétés, les type I et II. Le type I a été émis du 15 mai 1929 à novembre 1930, remplacé alors par le type II jusqu´en mai 1938.

Ces 2 variétés diffèrent par des détails de gravure de la 3ème arche intermédiaire et du bord haut droit.

La gomme du type I est plus épaisse que celle du type II. Le timbre présenté est de type II.

Le type I a été tiré à 50 timbres par feuille et le type II a été tiré à 25 timbres par feuille. Il est le 1er timbre imprimé en taille-douce rotative.

Le timbre existe en 2 versions de couleur: brun chaudron et chaudron clair. Ce timbre comporte des erreurs plus ou moins volontaires : le nombre des arches du pont supérieur a été diminué par Henry Cheffer et la forme des arcades a été modifiée.

(1) Marchands de timbres à Castres : MM Batut, Cabrol et Gau.
(2) C’est ainsi qu’est nommé ce qu’on nomme aujourd’hui « conseil d’administration ».
(3) Certains deviendront ensuite sociétaires de l’APC.
(4) A l’origine : Amicale Philatélique de Castres-sur-Agout.
(5) 97 membres actifs et 40 pupilles, dès la 3ème année.
(6) Ancien Syndicat d’Initiative.
(7) Elles se feront, par la suite, à la Chambre de Commerce et d’Industrie, rue de la Libération.
(8) 212 ouvrages référencés en 2018.
(9) Musée Jaurès.
(10) Amicale Philatélique.
(13) Pour la 66ème vente du 30 mars 2018, la cote d’un de ces timbres est de 1500 € – les enchères débuteront à 400 €.

Cliché d’avril 1961