Les lois scélérates

Source gallican.bnf.fr (Bibliothèque nationale de France)

Quelques lois scélérates nous paraissent aujourd’hui nécessaires !

En effet, la France connut à la fin du XIXe siècle une vague d’attentats dit « anarchistes » dont le plus célèbre fut la bombe qui explosa le 9 décembre 1893 au Palais Bourbon dans l’hémicycle de la Chambre des députés.

Un certain nombre de textes législatifs, semble-t-il nécessaires, furent adoptés mais ne manquèrent pas d‘être contestés par quelques-uns, qui les qualifièrent de « lois scélérates ».

Nous pensons qu’il ne sera pas nécessaire d’attendre que le terrorisme islamique se livre à de tels excès pour faire un texte législatif qui soit autre chose que la réédition aménagée de textes déjà existants.

Nous constatons aussi que ces évènements qui touchent l’autorité du pouvoir se produisent alors qu’une épidémie universelle se fait pesante.

On ne peut que rappeler que cette conjonction de deux périls fut celle où, à la fin de ce ténébreux XIVe siècle, on vit se désagréger l’autorité des Valois devant non seulement l’étranger et ses complices français, mais aussi face à la peste noire qui, durant plusieurs années, mit fin à l’existence de près d’un tiers des populations européennes.

Le « score » de la peste noire n’a jamais été dépassé, mais notons que, comme d’habitude, elle venait d’Asie.

Jacques Limouzy