La polygamie doit rester confidentielle

Partager sur :

Mon Neveu,

Madame la Garde des Sceaux dont on connaît la volonté réformatrice a tenu bon sur un principe des plus constant des codes civils des sociétés occidentales qui est qu’on ne peut épouser qu’une personne à la fois.

Que l’on soit un couple ou une paire, il faut être deux ! Les conjoints pour le droit des gens et le droit civil sont deux. On peut changer mais il faut dissoudre pour recommencer. Le successif est possible, jamais le simultané.

Certes, certains esprits avancés considérant qu’il y a encore des bastilles à prendre se sont élevés contre cette solitude duale, vestige de l’obscurantisme des anciens temps.

Christiane Taubira a tenu bon. Cela sera porté à son crédit, elle pourrait en avoir besoin.

C’est dit, mon Neveu, la polygamie et sa soeur jumelle plus rare la polyandrie resteront confidentielles quelqu’en soit le prix pour les partenaires ; elles ne sauraient rien coûter à l’Etat dans une République laïque qui ne peut s’embarrasser de pratiques justifiées par des traditions orientales de jadis que certaines religions s’obstinent, quoi qu’on dise, à perpétuer aujourd’hui.

Quelles religions mon Neveu ? Certainement pas l’Eglise Romaine qui certes a beaucoup fait pour l‘amour en en faisant un péché.

Ne cherchez pas, mon Neveu, c’est encore l’Islam !

Nous n’entrerons pas dans des recherches apologétiques pouvant justifier depuis le prophète les positions mahométanes d’ailleurs peu claires, nous disons seulement qu’au nombre des polygamies pratiquées dans le monde, celle inspirée par l’Islam a l’inconvénient de coûter cher à un Etat qui se dit pourtant laïque.

Madame Sonia Imloul dans un rapport établi pour l’Institut Montaigne nous apprend qu’il y aurait en France près de 50.000 familles polygames qui compteraient au total un demi million d’enfants !

’hebdomadaire “Valeurs actuelles” rappelle une instance concernant un nantais de confession musulmane, muni de trois femmes et de dix-sept enfants qui avait reçu pour un an 175.000 euros d’allocations familiales alors que si les intéressés avaient vécu sous l’empire du système conjugal qui est celui de la loi, il n’aurait perçu que 88.000 euros.

L’appartenance à une religion quelconque ne doit pas intervenir dans le règlement de situations humaines : règlement qui relève du principe d’égalité.

Voilà pourquoi, mon Neveu, je dis que ceux qui pratiquent la polygamie doivent en assurer eux-mêmes le financement et ne pas sous prétexte de religion en refiler les factures à l’ensemble de la société.

La polygamie doit rester confidentielle et s’abstenir d’encombrer les dossiers, l’administration et les budgets sociaux de la République.

Crouzette

241ème lettre de Célestin Crouzette, propriétaire exploitant à la Montagne, à son Neveu, Innocent Patouillard, contribuable Castrais