Jacques Limouzy : une vie au service du bien commun et de l’intérêt général

Fondateur et directeur politique de notre journal, Jacques Limouzy a démarré sa vie publique comme administrateur civil au ministère de l’Intérieur. Ancien ministre, membre honoraire du Parlement et ancien maire de Castres, il était né à Castres le 29 août 1926. Nous retraçons ici les grandes étapes de sa carrière.

Après le décès d’Hubert Germain, il était l’un des derniers survivants des gouvernements de Georges Pompidou. Passionné par le progrès technologique, Il venait de terminer la rédaction de ses mémoires présentées comme celle « d’un aventurier de l’administration et de la politique », qui paraitront aux Éditions Privat au premier trimestre 2022.

Formation

Ancien élève du collège Saint-Joseph puis du lycée Jean-Jaurès de Castres, Jacques Limouzy a obtenu une licence en droit à l’université de Toulouse. Titulaire du certificat d’aptitude à la profession d’avocat, il a été inspecteur de l’enregistrement à Puylaurens (Tarn) avant d’intégrer l’ENA de 1956 à 1958 au sein de la promotion « Dix-Huit-Juin » où il a été le condisciple de Michel Rocard.

Après un stage au Maroc en 1956, il est nommé chef de cabinet du préfet de l’Aurès (Algérie) en 1958-1959, puis devient directeur de cabinet du préfet du Doubs en 1959, et du préfet de la Somme en 1960. En 1964 il est nommé sous-préfet chargé des Affaires économiques de la région Picardie.

Politique au niveau national

Alors qu’il est chargé de mission au cabinet de Roger Frey, Ministre de l’Intérieur, il devient député de Castres pour la première fois en 1967 (UDR). Il sera réélu jusqu’en 2002 (RPR), sauf entre 1981 et 1986.

À l’Assemblée nationale il est :

  • Vice-Président de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République du 24 octobre 1987 au 14 mai 1988, puis du 8 avril 1993 au 21 avril 1997.
  • Vice-Président de la Commission d’enquête sur les conditions dans lesquelles ont été effectuées les opérations de privatisation d’entreprises et de banques appartenant au secteur public depuis le 6 août 1986, du 13 mai 1989 au 28 octobre 1989.
  • Président de la Commission ad hoc chargée d’examiner la demande de levée de l’immunité parlementaire de M. Bernard Tapie du 28 octobre 1993 au 21 avril 1997.

Il a été membre de quatre gouvernements sous les présidences de Georges Pompidou et de Valéry Giscard d’Estaing :

  • Secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement dans le gouvernement Chaban-Delmas (juin 1969 – juillet 1972).
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Messmer 2 (avril 1973 – mars 1974).
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, dans le gouvernement Messmer 3 (mars 1974- mai 1974).
  • Secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, dans le gouvernement Barre 3 (avril 1978 – mai 1981).

Politique au niveau local

Engagé au niveau local, il a été :

  • Conseiller général du Tarn (Canton Castres-Nord) de 1970 à 1994.
  • Maire de Castres de 1971 à 1977 et de 1989 à 1995.
  • Président fondateur du Parc naturel régional du Haut-Languedoc en 1973.
  • Co-fondateur et Président du district de Castres-Mazamet de 1993 à 1995. Président de la communauté d’agglomération de Castres-Mazamet de 2001 à 2008. Président du syndicat mixte pour le développement de l’enseignement supérieur dans le Sud du Tarn de 2001 à 2020.

Journalisme et écriture

Fondateur et directeur politique de l’hebdomadaire La Semaine de Castres, en 1977, il a publié plusieurs ouvrages :

  • Lettres à mon oncle, recueil d’articles, Société tarnaise de presse, 1981.
  • La Révolte des illettrés, France Empire, 1984.
  • Le Négus Tricéphale, conte, Lions Club, 1986.
  • 51 discours, extraits, allocutions, toasts non politiques sur mille autres, Société tarnaise de presse 1989.
  • Évocations, poésie, Société tarnaise de presse, 1998.
  • Le Bélier bleu, recueil d’articles, préface d’André Damien de l’Institut, Société tarnaise de presse, 1999.
  • La Nature du temps, essai, Éditions Privat, 2003.
  • L’Âne rouge, recueil d’articles, Société tarnaise de presse, 2008.
  • Zéphirin Zéphir et l’ordinateur, conte, Société tarnaise de presse, 2010.
  • Homo sapiens numericus, essai, Éditions Privat, 2012.
  • La Nation française. Roman d’aventures et d’amour, essai, Éditions Privat 2016
  • Le Cheval de Séius, conte, Société tarnaise de presse, 2016
  • Le Mesclum, recueil d’articles, Société tarnaise de presse, 2017
  • Émile Combes, le fondateur de la spiritualité de la laïcité, essai, Éditions Privat, 2019

Jacques Limouzy venait de terminer la rédaction de ses mémoires qui paraitront aux Éditions Privat au premier trimestre 2022 sous le titre « Les moissons de la maturité ».

Entreprise

Depuis 2001 il était Président du Conseil de surveillance d’IMS Groupe, entreprise pionnière du déploiement de la fibre optique, spécialisée en gestion des réseaux et cybersécurité.

Il fut aussi président des Éditions Privat et de la compagnie d’aviation Uni Air.

Décorations

Officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, commandeur dans l’ordre des Palmes académiques, Jacques Limouzy était également grand officier de l’ordre d’Orange-Nassau (Pays-Bas), officier de la Couronne (Belgique) et officier de l’ordre du Mérite national du Sénégal.