Affaire Benalla : Il faut un procès, ce sera celui du Sénat

Partager sur :

Audition d'Alexandre Benalla face à la commission d'enquête du Sénat (Capture écran francetvinfo )

Au nombre des âneries que j’ai entendues au cours de ma vie politique est celle qui déclare que les Sénateurs voudraient destituer le Président de la République.

C’est du n’importe quoi à « + » l’infini et il faut entendre un membre du Gouvernement, Christophe Castaner, Secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, dire çà.

L’affaire est pourtant simple : Monsieur Alexandre Benalla est inculpé sur la base des désordres qu’il a pu provoquer. La loi très justement rappelée par Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, interrompt l’action de toute commission parlementaire sur ce point.

Mais, elle n’interrompt pas le pouvoir législatif dans sa tâche de contrôle de l’Etat.

Il n’appartient pas au pouvoir judiciaire d’interrompre le contrôle parlementaire sur l’action de l’Etat, de ses ministres et de leurs agents.

Le Parlement doit savoir comment et par qui est assurée la protection du Président de la République dans un pays où deux présidents, MM. Sadi Carnot et Paul Doumer, ont été assassinés et où le général de Gaulle a fait l’objet de deux tentatives.

Monsieur Philippe Bas, Président de la Commission des lois au Sénat, ne recherche pas autre chose et sa commission souhaite établir la clarté dans la protection du Président.

Il y aura peut-être un procès quelque part bien sûr mais comme il faut faire vite Mr Castaner instruit et souhaite ouvrir le procès du Sénat.

Il ne manque pas d’estomac.

Jacques Limouzy