APJH du Tarn : Une assemblée générale réussie et très suivie à Lostanges

Le samedi 4 juin se tenait l’assemblée générale annuelle de l’APAJH du Tarn au Domaine de Lostanges, commune de Navès, où sont installés l’Institut Médico-Educatif (IME) et le Service d’Éducation Spécialisée et de Soins À Domicile (SESSAD) gérés par l’association départementale.

Avant le début de l’assemblée générale (AG) avait lieu une rencontre entre les administrateurs et une trentaine de membres des familles pour un échange citoyen sur le rôle de l’association militante et gestionnaire APAJH du Tarn.

Après l’ouverture de l’AG par le discours du Président Alain Delpi (voir ci-après), plusieurs administrateurs se sont exprimés sur la vie de l’association, l’activité des établissements et services ainsi que sur la situation financière. Tous les rapports d’activités et délibérations ont été adoptés à l’unanimité par les 78 votants présents ou représentés, sur 130 adhérents à jour de cotisation 2016.

Trois postes de membres élus du Conseil d’Administration (CA) étaient à pourvoir ; quatre adhérents s’étaient portés candidats et un vote à bulletin secret a été organisé pour les départager. Il est à noter qu’à la prochaine Assemblée Générale en 2017 le tiers du CA sera à renouveler, soit 6 membres sur 18.

Les membres du comité d’animation des salariés de Lostanges avaient mis les petits plats dans les grands pour proposer après l’AG un apéritif et un buffet, en lien avec la cuisine centrale de l’ESAT de Montredon-Labessonnié. La convivialité rimait aussi les sonorités du groupe musical Elegant Waste. De l’avis de tous, cette journée à Lostanges était une réussite. Que chaque contributeur de ce succès collectif en soit ici remercié.

APJH AG 2016b

Lire aussi

« Tapis rouge à la Strada »

« L’atelier Serre de La Planésié poursuit ses portes-ouvertes »

« La montée en division 2 pour l’équipe de Basket APAJH »

« Un four solaire assemblé par l’ESAT de Braconnac »

 

Discours d’Alain Delpi

Président de l’APAJH du Tarn

Mesdames, Messieurs,

C’est toujours un grand plaisir d’accueillir dans l’un de nos établissements nos adhérents, les usagers, leurs familles, les élus, nos partenaires associatifs et institutionnels.

J’excuse les personnalités qui nous ont écrit, et dont la liste est visible à l’écran. Je souhaite la bienvenue à :

Monsieur Marc Cousinié, Maire de Navès et son Adjointe Madame Françoise Fatout,
Madame Maryse Escribe, Adjointe au Maire de Graulhet,
Madame Marie Vareilles, Adjointe au Maire de Labruguière,
Madame Marie-Claude Stravopoulos, Adjointe au Maire de Lacaune,
Madame Monique Turc, Secrétaire générale adjointe de l’ADAPEI 81,
Monsieur Jean-Marie Guy, Président de la MGEN du Tarn,
Madame Françoise Rigal, Directrice du SSIAD du Dadou.

Nous saluons, bien qu’il soit absent aujourd’hui, Monsieur Georges Benghalem, qui a exercé pendant plus de 20 ans avec une compétence et une éthique remarquables les fonctions de Directeur du Complexe de Braconnac-les-Ormes et de Directeur territorial Grand Sud-Ouest pour la Fédération des APAJH. Nous avons travaillé avec lui de manière toujours constructive et loyale, notamment dans la préparation de la Convention de coopération renforcée que notre association départementale a signée en avril 2014 avec les établissements en gestion nationale du Tarn.

Je salue les nombreuses familles de l’IME qui ont répondu à notre invitation, et avec lesquelles nous avons pu dialoguer ce matin. Au nom de notre association, je remercie particulièrement la vingtaine de professionnels de Lostanges présents aujourd’hui, ainsi que ceux qui se sont impliqués au travers du Comité d’animation. Il faut remercier également les salariés du Siège, très engagés dans l’organisation de cette journée. C’est un encouragement pour nous, administrateurs bénévoles, de voir à notre AG les Professionnels qui sont notre « bras armé » dans la mise en œuvre au quotidien de nos valeurs, des projets d’établissement ou de service, tout cela, loin de rester des documents théoriques dans un tiroir, se traduisant par un accompagnement de tous les jours au plus près des besoins des personnes.

Il serait beaucoup trop long d’entrer à cet instant dans les détails des rapports d’activité, documents publiés sur notre site internet. Ces documents ont été aussi imprimés et sont ici à votre disposition. Nous pourrons poser des questions et en débattre tout à l’heure.
L’activité de notre association est intense, que ce soit dans la vie quotidienne des établissements ou dans la vie associative. Cela est un gage de qualité dans l’accompagnement des usagers et de leurs familles. C’est une évidence, notre monde évolue de plus en plus vite, le milieu du social et du médico-social n’échappent pas à cette course de vitesse. C’est la raison pour laquelle nous tâchons de nous tenir en permanence informés.

La formation permanente des professionnels, fruit d’une volonté inscrite dans notre projet associatif, l’information soutenue des administrateurs, dont certains participent à des formations ou journées d’étude, le soutien associatif aux réponses aux appels à projet pour ouvrir de nouveaux établissements ou services, l’encouragement aux projets d’établissements et de services toujours innovants, tout cela donne la preuve du dynamisme, de notre engagement au service des personnes qui viennent vers nous ou que l’Etat nous confie, dans une délégation de service d’intérêt général dont nous assumons la pleine responsabilité et pour laquelle nous nous soumettons aux contrôles réglementaires continus.

Et nous pouvons nous réjouir des résultats toujours positifs de ces évaluations, qui pérennisent pour nos établissements et services les autorisations de fonctionnement indispensables. Cela ne nous empêche pas de maintenir une vigilance permanente sur nos activités et nos comportements, afin de nous assurer à tout instant de leur conformité avec les valeurs que nous proclamons.

De nombreux événements ont jalonné l’année 2015-2016. Nous n’en retiendrons que trois :

¦La validation du Projet d’établissement de l’EPAS (Service des Tutelles) par le Conseil d’Administration est le 17 octobre 2015.
¦La publication du Projet associatif en Février 2016, fruit de 2 années de réflexion, menées en commission, en bureau, en Conseil d’Administration, en concertation avec les Directeurs. Travail d’équipe, co-construction, voilà bien les mots-clés de notre action.
¦L’ouverture en Mars 2016 du Hameau du Ségala, que nous préparions depuis 5 ans, cet établissement d’un nouveau genre répondant aux besoins de travailleurs d’ESAT retraités, ou de personnes handicapées vieillissantes n’ayant plus le désir ou la possibilité de vivre seules à leur domicile.
Il est intéressant de parler des projets. Pourquoi avons-nous besoin de projets ? Les établissements ont des obligations issues de la loi de 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, ainsi que de loi de 2005, qui porte un très beau le nom : loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Ces deux lois sont venues renforcer les droits de l’usager, le plaçant au centre du dispositif, c’est-à-dire de l’action de l’établissement qui le reçoit. Les établissements ont l’obligation de rédiger un projet à revoir tous les 5 ans.

L’association gestionnaire doit être le moteur, l’inspirateur de ces projets, en même temps qu’elle en contrôle la cohérence avec les valeurs philosophiques et éthiques pour lesquelles elle milite. Car nous avons une spécificité : l’APAJH est une association autant gestionnaire que militante, défendant entre autres l’inclusion sociale par l’accessibilité à tout pour tous, ce que nous nommons l’accessibilité universelle. S’inscrivant dans ce projet global de société, notre projet associatif et les projets d’établissements prennent en compte l’histoire et l’expérience, intègrent les mutations, et engagent une réflexion prospective.

A quelles mutations devons-nous faire face ?
Ce sont des mutations politiques, sociales, culturelles, qui demandent une individualisation accrue des parcours de vie, le plus proche possible du milieu ordinaire.
Mais pour être « avec les autres, comme les autres », les accompagnements, les compensations sont nécessaires. Comment notre association fera-t-elle évoluer ses établissements et services dans cet accompagnement individualisé ?

Comme association militante, c’est bien en votre nom, vous qui êtes concerné personnellement ou familialement par le handicap, que nous nous nous investissons dans tous les lieux où la parole des personnes en situation de handicap, de difficultés sociales ou de perte d’autonomie a besoin d’être entendue.

Vous pouvez découvrir à l’écran toutes les commissions dans lesquelles nous siégeons. On en dénombre plus d’une vingtaine, au niveau local, départemental, et aussi régional. Notre représentation est assurée soit par des bénévoles, soit par des professionnels. Pour donner quelques exemples, on peut citer :

¦La Commission des Droits et de l’autonomie de la Maison départementale des Personnes handicapées (MDPH) où nos délégués argumentent en faveur des demandes présentées par les Usagers ou leurs représentants légaux
¦Les commissions d’accessibilité communales et intercommunales, où nos représentants sont force non seulement d’interpellation, mais aussi de proposition ou de conseils parce que notre Fédération, très éminemment engagée dans les Agendas programmés d’accessibilité, a des outils techniques à partager.
¦La Commission Handicap et soins du Centre Hospitalier intercommunal de Castres-Mazamet, dont les travaux déboucheront, entre autres, très prochainement sur l’intervention de plusieurs de nos salariés dans un programme de formation à destination des Personnels soignants. Ceci fait écho à l’engagement de toutes nos structures pour être des institutions apprenantes, grâce aux nombreux stagiaires qu’elles accueillent.
¦Nous siégeons aussi dans différentes Commissions à l’Agence Régionale de Santé, où, par notre présence, nous nous efforçons de faire vivre la démocratie sanitaire, objectif affiché de cet organisme officiel.
¦Nous sommes partie prenante du Centre de Ressources autisme Midi-Pyrénées, auprès duquel nous détachons des salariés
¦Nous participons activement au Groupe Polyhandicap France, engageant des professionnels et des familles aux côtés de chercheurs.
Réjouissons-nous de la vitalité de notre association !
Je remercie encore chacun d’entre vous d’encourager les bénévoles et les professionnels par votre présence aujourd’hui. Je vous invite à adhérer si vous ne l’avez pas encore fait. Je vous invite à venir nous rejoindre dans notre engagement. Dans ce même esprit, je remercie vivement les candidats qui se présentent aujourd’hui à nos élections.

Chacun, par une participation même modeste, peut irriguer de sa force notre action au service des personnes extraordinaires (terme emprunté à l’une de nos salariées), que nous accompagnons dans leur parcours de vie.

La citoyenneté que nous revendiquons va de pair avec notre devise républicaine : liberté, égalité, fraternité. Liberté de choisir son projet de vie, égalité devant la loi et l’accès à tous les services offerts par notre société, fraternité entre personnes différentes par leurs origines, par leurs opinions ou croyances, par leurs capacités physiques ou intellectuelles. Nous nous appuyons, pour affirmer nos convictions, non plus sur le terme d’incapacité, mais sur le mot de potentialités. Chacun, quelle que soit sa condition, recèle des capacités insoupçonnées si nous le mettons en condition de les révéler.