Remous à la piscine de l’Archipel après une série d’incivilités

Partager sur :

Remous à l'Archipel après une série d'incivilités

En raison d’incivilités et d’incidents à répétition depuis quelques jours à l’égard des agents et des usagers et considérant que les services ne pouvaient pas assurer pleinement la sécurité du public, le président de l’agglomération de Castres-Mazamet, Pascal Bugis, a décidé de fermer le complexe nautique communautaire de l’Archipel sine die.

Ce mardi matin, le complexe de l’Archipel n’était plus accessible au grand public suite à l’intrusion en force chaque jour de plusieurs jeunes, « essentiellement de mineurs appartenant à la communauté des gens du voyage installés depuis quelques semaines à Castres » selon Pascal Bugis. « Ils entrent de force, sans respecter les règles, ils provoquent, menacent et injurient le personnel et les usagers. On a plus les moyens d’assurer la sécurité. Le rôle des maîtres-nageurs, c’est de surveiller les bassins pas de faire la police. On n’est pas à l’abri d’un accident. Afin d’éviter tout autre dérapage, j’ai décidé de fermer le complexe » a indiqué le président de l’agglo et maire de Castres, Pascal Bugis. « Il y a un règlement à respecter. Ce règlement est valable pour tout le monde et toute personne quelle qu’elle soit » a-t-il ajouté ne cachant pas que ces « incidents à répétition constituent un réel problème », des problèmes qu’il ne pouvait régler seul.

« Je ne vais pas attendre qu’il y ait un mort pour prendre des décisions. L’Archipel est un équipement public ouvert au public mais nous n’avons pas les moyens d’y maintenir l’ordre public» a-t-il lâché tout en lançant « un appel au pouvoir public afin de faire respecter l’ordre ».  «Pendant trois jours, nous avons eu recours à une société albigeoise de sécurité privée : ce matin (mardi), ne se sentant pas en sécurité, ils nous ont indiqué qu’ils ne reviendraient pas ! » a ajouté le Président.

« Faudra-t-il déployer une compagnie de CRS devant l’Archipel ? » s’interroge le président de l‘Agglo en conclusion et à bout de nefs.