Ariane ma sœur ?

Partager sur :

Se débarrasser de l’influence quasi maléfique que Marc Gauché exerce sur le Département du Tarn est une œuvre de salubrité publique.

Marc Gauché est un exilé politique venu de Saint Maximin en Provence où il s’était mal conduit. Il émigra donc dans le Tarn où il mit ses qualités au service du numérique à travers la Société d’économie mixte E-Tera et fit réaliser par le budget départemental des équipements qui, au lieu d’être au service de tous, le furent au service de la seule société qu’il dirigeait.

A cette tendance monopolistique s’est ajoutée sa présence occulte dans l’élaboration du plan numérique du Tarn.

Ayant pris sa retraite de fonctionnaire départemental, il devint attaché parlementaire d’une députée du Tarn dont il assura la totale direction politique.

L’imagination créatrice de Monsieur Gauché le conduisit à donner une filiale à E-Tera dont il deviendrait le Président.

L’arrivée d’Ariane Network se fit avec un romanesque mythologique.

Les invités de son baptême furent décommandés la veille de la cérémonie car le Parquet national financier fit irruption. Saura-t-on pourquoi ?

Tout cela rappelle les vers de Racine dans Phèdre :

« Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,

Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée ! »

Si bien que l’on peut se demander si cette filiale existe au moment où Monsieur Gauché porte un contrat qui fait de lui un Président probablement putatif devant le Tribunal de commerce d’Albi.

M. Gauché est imprudent car s’il connaît bien à son détriment les juridictions pénales, il ne connaît pas la justice commerciale.

La Dépêche dans son édition du 15 décembre nous dit que « les conclusions risquent d’être coûteuses pour le Département ».

Alors que si l’on analyse les antériorités de Monsieur Gauché jusqu’à ce jour, elles font du Département du Tarn une véritable victime.

Jacques Limouzy