Baignades en milieu naturel : « Des eaux de bonne qualité, voire d’excellente qualité dans le Tarn »

Partager sur :

En 2017 dans notre région, 99,35 % des eaux de baignade en mer et 82,53 % des eaux de baignade en eau douce ont été classées en bonne, voire en excellente qualité. Pendant toute la saison estivale, l’Agence Régionale de Santé contrôle la qualité des eaux de baignade pour préserver la santé des baigneurs.

Quelques 230 km de littoral et une multitude de zones propices à la baignade le long des rivières et plans d’eau font de l’Occitanie l’une des régions françaises les plus attractives pour profiter des plaisirs de l’eau et du soleil.

La baignade en milieu naturel est une activité très appréciée en période estivale et concerne une population importante, notamment les nombreux touristes. Dans certains cas, la baignade peut néanmoins présenter des risques pour la santé liés notamment à la qualité bactériologique de l’eau. Le principal risque est le risque infectieux, lié à la présence de germes pouvant être à l’origine de différentes pathologies (gastro-entérite, leptospirose, dermatites). La baignade se pratiquant en milieu naturel, sans possibilité de traitement, une surveillance quotidienne de la qualité de l’eau par l’exploitant (maire, gestionnaire privé…) s’impose.

Cette surveillance est complétée par un contrôle sanitaire réalisé par l’Agence Régionale de Santé. Ce contrôle porte principalement sur la qualité microbiologique des eaux de baignade.

Toutes les informations permettant la pratique de la baignade en toute sécurité sanitaire sont obligatoirement affichées sur le site de chaque baignade.

16 prélèvements nécessaires pour classer la baignade

Depuis 2013, la qualité des eaux de baignade est évaluée selon 4 classes de qualité : « insuffisante », « suffisante », « bonne » ou « excellente », en fonction des résultats des analyses obtenues pendant les 4 saisons précédentes et selon une méthode statistique, avec des limites de qualité différentes entre les eaux douces et les eaux de mer.

Pour établir le classement 2017, ce sont les résultats des analyses réalisées entre 2014 et 2017 qui sont pris en compte. Au moins 16 prélèvements sont nécessaires pour classer la baignade et seuls les prélèvements réalisés depuis la déclaration du site de baignade à l’Union Européenne peuvent être pris en compte. Les baignades déclarées depuis moins de quatre ans et ne disposant pas encore d’au moins 16 prélèvements depuis cette déclaration, ont été placées dans la catégorie « Nouvelle baignade » par l’Union Européenne.

Ces contrôles permettent au public de connaître la qualité des eaux du point de vue sanitaire. Ils permettent également aux autorités sanitaires de surveiller en permanence la qualité des eaux et de prévenir les risques pour la santé humaine.

Le classement des baignades dans le Tarn

L’ensemble des sites de baignade classés du département dispose d’une eau de bonne, voire d’excellente qualité. La présence de cyanobactéries sur certaines retenues de la rivière Tarn est observée, sans doute liée aux faibles débits des cours d’eau, aux épisodes de forte chaleur et à la présence de nutriments dans les bassins versants. Le Tarn dispose à ce jour de 14 baignades déclarées dont 7 en eaux vives dans les rivières Tarn et Viaur, ainsi que 7 en eaux captives dans différents lacs et retenues. La majorité des gestionnaires des sites de baignade sont des collectivités territoriales.

Les sites de baignades en eaux captives sont localisés dans des retenues ou lacs artificiels qui ont été créés historiquement depuis les années 1930 pour satisfaire différents besoins industriels, ou de production d’eau potable. Il s’agit des sites suivants : « Cap Découverte » à Blaye-les-Mines, le barrage de « La Roucarié » à Almayrac, le lac du « Laouzas » à Nages… La volonté des collectivités locales de développer et promouvoir le tourisme vert à travers les différents paysages tarnais a permis, notamment, l’installation de systèmes modulaires sur la rivière Tarn permettant la pratique sécurisée de la baignade. L’offre de lieux de baignade est diversifiée tant en aménagements qu’en équipements :  plage de sable rapporté, équipements pour jeux d’eau destinés aux jeunes enfants, aménagements divers (tyrolienne, jet-ski, petites embarcations,…).

Tous les sites font l’objet d’un contrôle sanitaire réglementaire piloté par l’ARS (délégation départementale du Tarn). En 2017, 6 sites sont qualifiés d’« Excellent », 1 site « Bon » et 1 autre « Suffisant ». Les 6 autres sites qualifiés de « Nouvelle baignade » sont en cours de classement.

Le seul site classé « Bon » est localisé au niveau du barrage des « Montagnès » à Mazamet. Il sert aussi à l’alimentation en eau destinée à la consommation humaine. Des actions programmées de mise aux normes des dispositifs d’assainissements non collectifs de bâtiments sont en cours ainsi que la suppression de certains rejets d’origine agricole vers le barrage. Concernant le site classé en « Suffisant » à Rabastens, l’origine de la dégradation temporaire de la qualité de l’eau est due aux conditions météorologiques de l’été dans un cours d’eau à très faible débit, présentant des températures élevées.

La particularité du contrôle sanitaire du département consiste par ailleurs en la recherche systématique de cyanobactéries communément appelées « algues bleues ».

Dans les faits, le développement des cyanobactéries est peu important, même si les faibles débits et les températures élevées en pleine saison participent à la prolifération de celles-ci, en particulier dans la rivière Tarn ou dans les lacs et retenues où le renouvellement de l’eau est faible.

Les valeurs enregistrées sur le territoire tarnais, entre 20 et 44 000 cellules/mL ont fait l’objet d’une information du public. Cette situation nécessite l’investissement de l’ensemble des acteurs locaux dans une gestion raisonnée des activités et des usages des bassins versants, de telle sorte à limiter leur développement. Les documents d’orientation, de planification et d’aménagement des territoires (Scot, PlU, PLUi…) doivent bien prendre en compte la présence de ces sites de baignade : la qualité de l’eau du milieu naturel est l’un des paramètres déterminant d’un environnement favorable à la santé.