Pascal Bugis : « Faire ce que j’avais dit que je ferai, restera ma marque de fabrique »

Pascal Bugis, maire sortant, a annoncé jeudi 17 octobre sa candidature pour les élections municipales. Il briguera en mars prochain un quatrième et dernier mandat. Maire depuis 2001, Pascal Bugis explique son choix.

La Semaine : Pourquoi repartir ?

Pascal Bugis : Après un temps de réflexion et pressé de déclarer mes intentions par la population et par d’autres acteurs politiques du microcosme local j’ai décidé d’annoncer ma candidature dans la bataille des élections municipales de 2020.

Est-il opportun de ne pas rester aux côtés des castraises et des castrais maintenant ? Il me semble important d’être là, de ne pas lâcher les castraises et les castrais sur un certain nombre de problématiques sur lesquels on a essayé d’apporter des réponses, sur lesquels on y est parfois parvenu et sur lesquels on n’y est pas totalement parvenu. Lâcher les choses en rase campagne ne me paraissait ni correct, ni convenable ».

Ce sera donc votre dernière campagne ?

Oui ! Pour moi cela sera ma dernière campagne. Si les Castraises et les Castrais me font confiance, cela sera mon dernier mandat. Il n’y aura pas d’autres mandats politiques donc il n’y aura pas d’autres campagnes politiques. On aura un clap de fin, si cela se passe comme je l’espère, en mars 2026. Je ne suis pas mû par la volonté de faire carrière comme d’autres.

Avec la même équipe ?

Je serai accompagné par une équipe composée en grande partie de têtes nouvelles avec des personnes animées des mêmes objectifs et qui s’inscrira dans la continuité de ce que j’ai toujours dit : libre de tout engagement partisan. Rien n’est arrêté aujourd’hui. Je suis très attentif à toutes les personnes qui viennent vers moi quel que soit leur horizon et leur positionnement sociétal ou socio-professionnel. J’essaie de tenir compte de leur sincérité et de leur loyauté ; c’est important d’être loyal au programme que l’on va proposer aux Castrais.

Quels sont vos projets ?

Je me suis toujours attaché à faire ce que j’avais dit que je ferai. Je tiens à ce que ça reste la marque de fabrique de l’équipe et de la démarche que nous allons mettre en place. Nous ne ferons pas de promesse en l’air pour faire miroiter un avenir plus ou moins brillant. On va s’engager sur des choses que l’on fera.

Je sais que l’on m’appelle le maire des places et des fontaines, cela ne me déplaît pas puisque je considère qu’elles font partie de la vie des cités, ce sont des lieux de rassemblements et de rencontres qui facilitent les échanges entre les citoyens.

Il y aura de grands projets et nous demanderons, comme lors du précédent mandat, aux Castraises et aux Castrais de choisir leurs préférences autres que ceux déjà en cours comme l’extension du golf, la réhabilitation de l’Hôtel de Ville/Musée Goya, la création du multiplexe (Cinéma) et du bassin nordique à l’Archipel ou le déménagement du collège des Cèdres à Lameilhé.

Le maire n’évitera pas de parler « des sujets qui fâchent »

Pascal Bugis a précisé qu’il n’évitera pas de parler « des sujets qui fâchent » comme « le sentiment d’insécurité qui obsède nos concitoyens ». Et de citer la recrudescence des cambriolages ou les occupations illégales des gens du voyage « souvent la conséquence de défaillances graves, continues et prolongées de l’Etat ». « Nous nous attacherons à rappeler à l’Etat de manière permanente qu’il a des obligations auxquelles il doit faire face ». « Comme on le fait depuis des années, on ira au contact de la population pour trouver des solutions encadrées par les moyens municipaux et légaux afin de lutter plus efficacement contre les cambriolages. »…

Fiscalité, environnement, agriculture, jeunesse, économie, commerce,… le maire de Castres a égrainé quelques axes de la campagne qu’il entend « construire avec la population » et qu’il devrait détailler d’ici quelques semaines.

Bref la campagne est lancée.

Lire aussi : Violences urbaines : Pascal Bugis dénonce « une opération de guérilla» (Le Journal d’Ici)