Castres : Pascal Bugis ne participera pas aux commémorations du 8 mai 45

Le maire de Castres, Pascal Bugis, ne participera pas, pour la première fois en vingt-ans, aux commémorations du 8 mai 1945.

Voici pourquoi :

 » Commémorer la date du 8 mai 1945, s’incliner à la mémoire des victimes de la Seconde guerre mondiale, c’est rendre hommage à l’engagement, au courage, à l’abnégation des militaires français et de leurs alliés, qui ont conduit à la victoire sur la barbarie nazie.

Ainsi, chaque année depuis 1946, dans les communes de France, les autorités civiles, administratives, politiques et militaires se retrouvent devant le monument au morts, dans des instants où le recueillement et la réflexion semblent arrêter le temps.

Quel sens profond, au-delà de la tradition, doit-on donner à cette démarche, en France, en 2021 ? A un moment où l’Etat, par la voix de ministres, n’a pas eu de mots assez durs pour fustiger et menacer des généraux à la retraite ayant alerté leurs concitoyens dans un simple article de presse, sur ce qu’ils considèrent être un nouveau danger face à une nouvelle barbarie qui s’installe progressivement dans notre pays et participe à son délitement.

Ces hommes qui ont consacré leurs vies professionnelles à servir la France et les Français, affrontant le péril sur tous les théâtre d’opérations où d’autres gouvernements les ont jadis envoyés, seraient voués aux gémonies pour avoir pacifiquement exprimé leur point de vue et leur attachement à la patrie ?

Cela me répugne.

Quel est ce niveau d’hypocrisie à peine croyable qui consiste à envoyer les représentants de ce Gouvernement lire le message de la Secrétaire d’Etat évoquant le « combat acharné des armées françaises », avant d’exhorter « Unis et solidaires, souvenons-nous de l’adversité surmontée et de la liberté reconquise » ?

Or c’est précisément parce que les militaires connaissent le prix de la liberté et les dangers de l’adversité qu’ils ont combattus de générations en générations, parfois même comme le Général de Gaulle en sortant du cadre, qu’ils se sont exprimés. Ils méritent notre respect, et non les insultes.

En ce 8 mai 2021, pour la première fois depuis 20 ans, je ne participerai pas à la cérémonie protocolaire.

Et c’est seul que je m’inclinerai à la mémoire de toutes les victimes, avec une profonde gratitude pour les militaires français, de réserve et d’active. »