Castres première ville de France à collecter et recycler les mégots de cigarettes

Partager sur :

A Castres, les fumeurs disposent désormais de cendriers d’un nouveau genre. Installés dans près d’une dizaine de lieux publics, des cendriers élégants, en acier inox, viennent tout juste de faire leur apparition dans le centre-ville de Castres. Cette initiative a pour but de permettre aux fumeurs d’éteindre leurs mégots ailleurs que sur les trottoirs ou dans les caniveaux.

Ces objets sont bien plus que du simple mobilier urbain : ils représentent la partie visible d’un service innovant baptisé « MéGO ! », qui permet de récupérer et ensuite de recycler les filtres de cigarettes usagées.

La Communauté d’agglomération de Castres-Mazamet en charge de la collecte des déchets, a souhaité s’engager dans cette voie pour répondre au défi que pose la multiplication des mégots jetés sur la voie publique, tant en termes de propreté que de pollution.

Pour cela, la Communauté d’agglomération a fait appel aux services d’une jeune société spécialisée dans la collecte et la valorisation des déchets de bureaux : Eco Action +, qui se développe au niveau national en s’appuyant sur une agence à Castres et une autre en Bretagne. Elle est aujourd’hui en France la seule entreprise à avoir mis au point un outil industriel de recyclage des mégots de cigarettes ce qui lui permet de proposer aux entreprises comme aux collectivités un service innovant de retraitements organiques.

« Fumer tue, polluer aussi. Un mégot de cigarette met jusqu’à 15 ans à se dégrader dans la nature » lâche Philippe Jammes patron de la société castraise Conseils Services Environnement créée en novembre 2016 et qui commercialise deux marques nationales : «Eco action +» et «MéGO !». « Pour mesurer l’ampleur du problème, il faut savoir qu’un seul mégot suffit à polluer jusqu’à 500 litres d‘eau, et que ce sont plusieurs centaines qui échouent chaque jour, via les égouts, à la station d’épuration ! » ajoute le patron castrais.

Castres a été la première commune à rentrer dans ce dispositif. Mais le président de l’Agglo Pascal Bugis pousse les communes membres de la CACM à suivre la démarche. «Les mégots sont une vraie nuisance sur l’espace public.  On a trouvé ce procédé pertinent, intelligent et porteur d’avenir. Il est toujours intéressant d’avoir une filière locale qui recycle utilement et efficacement ce type de déchets »

Chaque cendrier peut contenir jusqu’à 5000 mégots. Ils seront régulièrement vidés par le service « MéGO !»… sachant qu’il faut 3000 mégots pour faire 1 kilo de plastique.

« Cendres, reste de tabac et papier sont orientées vers le compostage, et les filtres composés principalement d’acétate de cellulose sont dépollués et transformés en billes de plastique pour ensuite être recyclés par l’industrie dans la fabrication d’autres objets » explique Henri Jammes, le fils du patron, qui gère le dispositif « MéGO ! ».

La Ville de Castres espère évidemment encourager les fumeurs à perdre le réflexe de se débarrasser de leur mégot sur la voie publique. Selon plusieurs enquêtes, plus de 50 % des mégots sont jetés par terre, ce qui constitue un enjeu de qualité de vie, mais aussi environnemental et économique.

La Ville de Castres a adhéré au dispositif « MéGO ! » tout en cultivant la fibre locale : ces cendriers récupérateurs de mégots sont en inox brossés, estampillés aux armoiries de la Ville et ont été spécialement conçus et fabriqués par l’entreprise de chaudronnerie Georges Amen à Castres.

Reste aux fumeurs à se saisir de ce service pour ne plus impacter l’environnement et participer à l’amélioration du cadre de vie de leur ville.

« MéGO ! » Site de Castres, Philippe Jammes, 06.23.20.33.69 – Email : Jammes_philippe@cse81.com ou Henri Jammes, 06.03.50.37.38 – Email : jammes_henri@cse81.com