CGR Lido de Castres : le cinéma Indien à l’honneur

Partager sur :

« L’Inde est le plus grand producteur mondial de films, rien de moins que 1900 sorties par an ! En comparaison, environ 800 films sortent par an aux États-Unis, et environ 300 en France. Le cinéma indien, qui a fêté ses 100 ans en 2013, sera à l’honneur pour l’arrivée du printemps à Castres.

Les Cinglés du cinéma organisent, avec le soutien du cinéma CGR Lido, la troisième édition d’un cycle de films indiens du 13 au 26 mars 2019. Quatre films seront projetés en VO sous-titrée français : trois en hindi et un en bengali. Deux de ces productions sont les premiers films de jeunes réalisateurs, et les deux autres sont signés par des réalisateurs « confirmés ».

Dans son premier long métrage, Hotel Salvation (sorti en France en 2018), le jeune réalisateur Shubhashish Bhutiani nous emmène à Bénarès, traversée par le fleuve Gange, ville sainte où viennent les hindous pour se purifier, y mourir, et se délivrer du cycle des renaissances. C’est un portrait des rapports difficiles entre générations qui a une portée universelle. Le film Monsieur de la jeune réalisatrice Rohena Gera a reçu d’excellentes critiques et a été projeté au festival de Cannes en 2018. Il nous montre de manière subtile la vie et les rapports sociaux dans une grande ville, à travers le portait intimiste d’une jeune femme et de ses rêves d’émancipation. La Grande Ville (1963, copie restaurée en 2014), film venant du Bengale et du maestro Satyajit Ray, est aussi un portrait intimiste, non pas de Calcutta où est tourné le film, mais de quelques habitants pris dans le tourbillon de la vie moderne et des pressions qu’ils subissent, avec la superbe Madhabi Mukherjee, actrice qui joue le rôle principal. Enfin Bajirao Mastani (sorti en France en 2018) de Sanjay Leela Bhansali, est l’histoire d’amour d’un guerrier de légende par le réalisateur de Devdas, qui brosse une fresque historique et culturelle. Nous voilà aussi face à un film qui sépare les êtres qui s’aiment sur des bases religieuses (une princesse musulmane et un prince hindou) et prédit le chaos après l’intolérance. On peut savourer Bajirao Mastani pour ses airs de conte intemporel, de récit ancestral, comme on peut l’admirer pour son spectacle total. Le plus beau film de Bollywood de ces dernières années.

Le dimanche 17 mars à 15h30, le programme sera présenté par la cinéphile indienne, Madhura Joshi, avant la projection de Bajirao Mastani, et un goûter indien est prévu à l’entracte de ce « long » métrage (2h38mn).

Les Cinglés du cinéma vous offrent de jolis moments, ne les ratez pas ! »