Conférence de l’observatoire de la E-Santé dans les Pays du Sud le 2 juillet à Lavaur

Partager sur :

Les 9 lauréats 2017 de l'Observatoire de la e-Santé dans les pays du Sud de la Fondation Pierre Fabre - Credit Lydie Lecarpentier

Une journée pour comprendre comment les TIC transforment l’accès à la santé en Afrique et en Asie.

Depuis les années 2000, les pays à revenus faibles et intermédiaires adoptent en masse les nouvelles technologies. Actuellement, 95 % de la population mondiale est couverte par un réseau cellulaire qui compte plus de sept milliards d’abonnements. Le taux de pénétration d’Internet est passé de 6 % en 2000 à 43 % en 2015, reliant 3,2 milliards de personnes entre elles (1). Alors que l’accès aux soins reste une préoccupation majeure des habitants des pays d’Afrique sub-saharienne (2), l‘utilisation d’outils de e-santé positionnés au croisement des technologies de l’information et de la communication (TIC) et du soin est, dans ce contexte, un enjeu fondamental.

D’après l’OMS, les innovations numériques contribuent aux objectifs de la couverture sanitaire universelle (3). En effet, la e-santé permet de pallier certaines barrières comme

le coût, l’accès, ou encore le manque de qualité des soins et d’étendre la gamme des services proposés. Les TIC créent des outils adaptés, durables et soutenables pour améliorer la santé dans les pays du Sud, et particulièrement dans les zones où règne une pénurie de personnel et d’infrastructures.

Réunir les acteurs de la e-santé

Chaque année, en juillet, la Fondation Pierre Fabre organise la Conférence internationale de l’Observatoire à son siège d’En Doyse, à Lavaur. Cette journée réunit des experts internationaux et les porteurs des initiatives les plus pertinentes, qui sont récompensées à cette occasion. Les participants représentent des organisations internationales, des ministères, des ONG, des structures de santé ou encore des entreprises. Cette conférence est une occasion unique de partager des connaissances, des expertises et des expériences terrain et de faciliter les échanges, virtuels ou physiques,

entre acteurs et partenaires potentiels des écosystèmes e-santé. La journée est diff usée en live streaming et suivie par une quinzaine de campus numériques de l’Agence Universitaire de la Francophonie dans le monde, permettant aux étudiants de participer aux débats en visioconférence.

(1) Objectifs du millénaire pour le développement : rapport 2015. ONU. (2) Pew Research Center, September, 2015, “Health Care, Education Are Top Priorities in Sub-Saharan Africa” Etude réalisée auprès des habitants de 9 pays d’Afrique subsaharienne – septembre 2015. (3) Global diff usion of eHealth: making universal health coverage achievable. Report of the third global survey on eHealth. 2016. World Health Organization.

E-Santé : des expertises locales pour un développement global

Les sociétés savantes se mobilisent pour le partage d’expériences et de connaissances, en faveur d’un appui structuré aux stratégies nationales de e-santé et à la mise à l’échelle de projets adaptés aux besoins. Le développement de la santé sur le digital est aussi le fruit du monde académique qui produit des référentiels contextualisés, et forme les acteurs de demain.

L’Observatoire s’efforce de continuer à valoriser les projets prometteurs, à soutenir la formation, et favoriser le partage d’expertises pour contribuer au développement d’une e-santé tenant compte des spécificités locales.