Création des secrétariats généraux communs départementaux (SGCD)

Depuis le 1er janvier, les nouveaux secrétariats généraux communs permettent dans chaque département de regrouper l’intégralité des fonctions « supports » des préfectures et des directions départementales interministérielles (1). Ces fonctions concernent les ressources humaines, le budget, la logistique ou encore l’informatique. Précédemment, elles étaient éclatées entre chaque entité, chaque préfecture ou direction disposant de son ou de ses propres services en charge des moyens.

Prévus par l’instruction du Premier ministre du 12 juin 2019 qui a lancé la réforme de l’organisation territoriale de l’État, les secrétariats généraux communs départementaux (SGCD) ont vu ainsi le jour le 1er janvier 2021, dans l’ensemble des départements de métropole et d’outre-mer.

Les secrétariats généraux communs ont vocation à assurer d’une manière plus efficace, plus lisible et plus simple la gestion RH, financière, immobilière, SIC et logistique des services déconcentrés de l’État.

Un support plus efficace, c’est le gage d’un meilleur service rendu à l’usager du service public.

Dans le Tarn, le SGCD 81 unit les compétences de 55 agents issus de cinq ministères différents au service des 430 agents de la préfecture, sous-préfecture, DDT, DDCSPP et Ud Direccte.

En rassemblant, pour les conforter, des moyens jusque-là dispersés, il renforce la capacité des directeurs à se consacrer à la conduite des politiques publiques et répondre aux priorités tant nationales que locales.

Cette nouvelle structure interministérielle, dont la gouvernance collégiale placée sous l’autorité de la préfète intègre les obligations et les spécificités de chaque direction, est un levier de modernisation l’État dans le département et travaille déjà à de nombreux axes d’amélioration tels que la dématérialisation des documents et la rationalisation des circuits d’information.

(1) Au nombre de 230, les DDI sont : les directions départementales des territoires (et de la mer) ; les directions départementales de la cohésion sociale ; les directions départementales de la protection des populations ; dans certains départements, ces deux dernières constituent une direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations unique.