De l’argent de poche pour les plus jeunes

Partager sur :

C’était une promesse de campagne de Pascal Bugis lors des dernières élections municipales : le Conseil municipal a adopté la mise en place du dispositif «argent de poche», destiné aux jeunes de 14 à 18 ans. Cette opération offre la possibilité à un jeune de la commune d’obtenir une indemnité en échange de travaux durant leurs vacances scolaires et les mercredis.

Parmi les dossiers du dernier Conseil municipal du 7 avril, figurait le nouveau dispositif à l’attention des plus jeunes qui s’intitule «Argent de poche». Cette mesure est destinée aux jeunes de 14 à 18 ans, collégiens, lycéens et étudiants, habitants la commune de Castres. Objectif ? Permettre aux jeunes d’acquérir une première expérience de travail et impliquer les jeunes dans l’amélioration de leur cadre de vie.

Une mesure qui consistera à proposer dès septembre 2015 à ces jeunes des chantiers de proximité, travaux d’utilité sociale et d’intérêt collectif au sein des services municipaux. En échange de ces travaux, les participants percevront une indemnité de 20 euros par travaux de 3h.« Les chantiers jeunes ont un caractère éducatif et formateur en impliquant les jeunes dans l’amélioration de leur cadre de vie et en leur permettant de participer à une action de service public » indique la délibération. Ces chantiers se dérouleront le mercredi et durant les vacances scolaires. Un contrat de participation sera signé entre chaque jeune retenu (une cinquantaine par an) et la Ville. Les candidats seront encadrés par un agent tuteur qui les accompagnera dans leur mission (6 missions au maximum sur l’année).

Jugeant qu’ils ne disposaient pas assez d’éléments, les élus de la Gauche rassemblée, Martine Moron, Géraldine Rouquette et André Martinez, se sont abstenus sur ce dispositif. Seul Philippe Guérineau a voté «pour». «Nous sommes pour cette initiative que nous soutenons à 150 %» a indiqué l’élu qui a estimé que «l’abstention de ses collègues pouvait donner lieu à des interprétations politiciennes préjudiciables».

«L’objectif est de leur faire intégrer le lien entre le service apporté et l’argent de poche et ce de manière ludique plutôt que de manière arbitraire» a indiqué le maire de Castres Pascal Bugis.

(Source Le Tarn Libre, journal du 10 avril)