Don de moelle osseuse : l’Agence de biomédecine recrute 20 000 jeunes

(Crédit photo : Agence de la biomédecine)

L’Agence de la biomédecine lance une grande campagne pour recruter 20 000 nouveaux donneurs qui se clôturera en septembre 2021, à l’occasion de la journée mondiale pour le don de moelle osseuse.

2021, une nouvelle donne pour le recrutement de donneurs de moelle osseuse

Malgré le contexte sanitaire difficile lié à l’épidémie de Covid-19 et la suspension des pré-inscriptions pendant 4 mois en 2020, 16 331 nouveaux donneurs volontaires ont été inscrits l’année dernière sur le registre français, dont 31% d’hommes et 69% de femmes. En janvier et février 2021, on dénombre déjà 2 131 nouveaux inscrits, et 29% d’hommes. Depuis le 1er janvier 2021, toute nouvelle personne souhaitant s’inscrire comme donneur volontaire de moelle osseuse doit être âgée de 18 à 35 ans inclus : une modification majeure motivée par des raisons médicales et scientifiques. Compte tenu de ces nouvelles conditions d’inscription sur le registre et des mesures sanitaires imposées par la pandémie, l’enjeu de 2021 pour l’Agence de la biomédecine a été de repenser son approche de communication pour convaincre le jeune public et en particulier les jeunes hommes de rejoindre les rangs des donneurs volontaires, parce que ce n’est pas si dur de sauver une vie en donnant sa moelle osseuse !

Pourquoi une stratégie de recrutement orienté vers les 18-35 ans ?

Après la compatibilité HLA – profil génétique propre à chaque individu et déterminé notamment par ses origines géographiques, l’âge puis le sexe sont les critères les plus importants dans la sélection du donneur. En effet, les greffons de moelle osseuse prélevés sur des donneurs jeunes sont plus riches en cellules et permettent donc aux patients une prise de greffe plus rapide. Lorsqu’un choix est possible, les médecins greffeurs privilégient ainsi les jeunes donneurs hommes pour de meilleurs résultats.

C’est pourquoi, l’engagement de l’Agence de la biomédecine est de s’orienter davantage vers un développement qualitatif du registre des donneurs de moelle osseuse, c’est-à-dire plus jeune, afin de répondre au mieux aux besoins des patients. C’est du reste en cohérence avec les profils recrutés ces dernières années : en 2019, 70% des nouveaux donneurs inscrits appartenaient déjà à cette tranche d’âge. Ce sont donc des raisons médicales et scientifiques, ainsi que l’observation des pratiques déjà en vigueur en France et dans le monde, qui ont conduit l’Agence de la biomédecine à abaisser l’âge d’inscription de 50 ans à 35 ans révolus. Par ailleurs, il est essentiel de diversifier les origines géographiques des nouvelles personnes qui s’inscrivent pour améliorer les chances de trouver un donneur compatible pour chaque malade. Une diversité qui est tout autant présente parmi la tranche des 18-35 ans.

Tags: