Production hydroélectrique : une année 2018 historique pour EDF Hydro Tarn-Agout

Partager sur :

Lors d’un déjeuner de presse, Pascale Sautel, qui occupe la fonction de Directrice d’EDF Hydro Tarn-Agout depuis juillet 2018, a fait le bilan de l’année écoulée et a annoncé de nouveaux projets pour l’année 2019.

Fort de ses 18 ans d’expérience au sein du groupe EDF, dans différents métiers de la production et de la distribution d’électricité ou de gaz, elle a choisi in fine la production d’hydroélectricité, cette énergie décarbonée étroitement liée à l’histoire des territoires. Avant d’arriver au siège d’EDF Hydro Tarn-Agout à Albi pour prendre les rênes de cette sous-unité composée de 127 salariés, elle a été en charge de la stratégie de développement d’EDF Hydro Méditerranée à Marseille.

2018, une année historique en termes de production hydroélectrique

Sur le territoire Tarn-Agout (soit 26 barrages et 30 centrales hydroélectriques répartis sur 4 départements : l’Aveyron, le Tarn-et-Garonne, le Tarn et l’Hérault), les centrales hydroélectriques ont tourné à plein régime tout au long de l’année 2018. La production enregistrée sur le premier semestre a atteint la production de toute l’année 2017. En effet, les 6 premiers mois de l’année 2018 ont été marqués par une pluviométrie historique sur les 40 dernières années, entraînant des débits naturels très élevés. Sur le territoire Tarn-Agout, cela a permis de produire 2 294 GWh d’électricité renouvelable, soit la consommation d’environ 950 000 habitants. Cela représente 143 % de la production moyenne et le double de la production enregistrée en 2017 (année dans laquelle la production a atteint les 1 011 GWh).

Cette hydraulicité élevée a nécessité une mobilisation et une vigilance renforcées pour les hydrauliciens d’EDF Hydro Tarn-Agout. Dans le Tarn et Garonne par exemple, sur la centrale hydroélectrique de Golfech, ce ne sont pas moins de 14 épisodes de crues qui ont mobilisé les techniciens d’EDF avec un débit maximal de 3 000 m3/s au barrage de Malause. Sur le Tarn, un épisode cévenol a occasionné le passage d’une crue avec des débits jusqu’à 800m3/sec en novembre dernier. Ces épisodes ont été maîtrisés grâce au savoir-faire des équipes qui exécutent des manoeuvres adaptées, approuvées par les services de l’Etat, pour assurer à tout moment l’intégrité des ouvrages. Cette expertise est nourrie par un programme de formation soutenu à destination de l’ensemble des salariés. Ainsi, sur le périmètre d’EDF Hydro Tarn-Agout, près de 7 600 heures de formation ont été disposées en 2018, ce qui représente une moyenne d’environ 60 heures par salarié.

Des investissements élevés pour garantir le bon état du patrimoine

En ce qui concerne les chantiers, l’année 2018 a été riche :

  • au mois de juin, EDF Hydro Tarn-Agout a inauguré la nouvelle centrale des Avalats (81), entièrement reconstruite après l’incendie subie en avril 2016. Les différents travaux – rénovation électrique, travaux mécaniques, confortement du génie civil, réfection de la toiture…- ont été réalisés à l’aide d’entreprises locales. L’investissement s’élève à 1,3 M€.
  • en septembre-octobre, EDF Hydro Tarn-Agout a réalisé la vidange de la retenue de St-Amans (12) pour l’intégration de la fibre optique et la création d’une liaison avec la centrale d’Alrance, permettant de moderniser l’exploitation des grands barrages du Lévézou. La centrale hydroélectrique du Pouget, située au Truel, a bénéficié de travaux de rénovation de ses groupes de production : rénovation complète de l’un d’entre eux, rénovation d’un poste haute tension, remplacement d’un disjoncteur de 225 000 V. Le tout pour un montant de 6 M€.
  • le groupement d’usines de Brassac pilote l’installation sur le barrage de La Raviège (81) d’une turbine compacte ultra performante permettant d’exploiter le potentiel énergétique des débits réservés. Cette turbine innovante, inspirée des moteurs de paquebots, permet de produire 2GWh par an, autant qu’une turbine classique qui occuperait le double de surface. Il s’agit d’une première en France.

Traditionnellement, EDF Hydro Tarn-Agout tisse des liens forts avec son territoire. Plusieurs partenariats en font la preuve et ont permis d’organiser en 2018 des actions sportives, festives ou culturelles dans les différents départements : Coupe du Monde de VTT à Olargues, Fitdays Albi, Musée Saut-du-Tarn.

L’entreprise organise régulièrement des visites sur ses sites ou dans ses Espaces Découverte de l’Hydroélectricité, s’adressant au grand public ou aux scolaires, pour faire de la pédagogie sur la production d’hydroélectricité, sur les enjeux de sûreté et de sécurité à proximité de ses aménagements, sur son rôle dans la transition énergétique des territoires. Ainsi, environ 4 500 visiteurs ont été sensibilisés en 2018.

En 2019, EDF Hydro Tarn-Agout continue son programme d’entretien et de modernisation de ses aménagements.

« EDF Hydro Sud-Ouest investit pas moins de 60 M€ annuellement dans l’entretien et la maintenance de ses aménagements hydroélectriques dans le grand Sud-Ouest. Sur nos 4 départements, nous contribuons significativement à cet investissement par un programme de maintenance et de rénovation soutenu, correspondant à 18 M€ chaque année, toujours dans une démarche de concertation avec les acteurs locaux. L’hydroélectricité n’est pas seulement, historiquement, la première des énergies renouvelables, mais c’est aussi une énergie d’avenir, capable d’intégrer des innovations pour améliorer sa performance de production. C’est en même temps une énergie locale qui joue un rôle essentiel dans la transition énergétique et qui permet de créer de la valeur sur les territoires », Pascale Sautel, directrice d’EDF Hydro Tarn-Agout.

EDF Hydro Tarn-Agout emploie 127 salariés qui prennent en charge l’exploitation et la maintenance de 26 barrages et 30 centrales hydroélectriques, répartis sur 4 départements : l’Aveyron, le Tarn-et-Garonne, le Tarn et l’Hérault. En 2018, l’ensemble de ces aménagements a permis de produire 2 294 GWh d’électricité renouvelable, soit la consommation de près de 950 000 habitants.