Electoralement le Front National
laboure à gauche

Il n’y a rien de pire que les prévisions et tout le monde ne peut pas être Cassandre.

En politique, les meilleures recettes ne durent pas toujours et il arrive que les mayonnaises les plus subtiles brossent déplorablement.

C’est ainsi qu’un homme exceptionnellement doué a pu croire qu’après avoir réduit à peu de chose l’électorat communiste, il contiendrait les renaissances de la droite grâce au Front national dont avec des provocations bien ourdies, il fallait favoriser le rôle de rassembleur de toutes les diversités de l’extrême droite : c’était François Mitterrand.

Cette stratégie qui faisait du Front national l’allié objectif de la gauche semble parvenue à son terme.

En effet, des événements électoraux récents mais singuliers montrent à l’évidence que le Front national n’est plus seulement à droite mais surtout ailleurs.

Beaucoup plus que celles de la droite et du centre qu’espérait Marine le Pen, ce sont les voix des déçus de la gauche qui tombent dans les urnes du Front national.

Si bien comme l’a remarqué Julien Dray, “il reste peu de temps au Parti socialiste pour se refaire une substance. Il y a urgence, la gauche se meurt” a-t-il lancé.

Jacques Limouzy