En mai, la surmortalité en Occitanie se maintient à un niveau élevé

Nombre de décès enregistrés à l’état civil jusqu’au 31 mai 2021 (à la date du 24 juin 2021)

Exceptionnellement, pendant la pandémie de la Covid-19, l’Insee diffuse régulièrement le nombre de décès (toutes causes confondues) par jour et par région et département. Les décès sont enregistrés dans la commune où ils ont eu lieu (et non au lieu de résidence).

Entre le 1ᵉʳ et le 31 mai 2021, toutes causes confondues, 5 096 décès sont comptabilisés en Occitanie, soit 454 décès de plus que la moyenne des mois de mai 2018-2019 (Illustration). Toutes les régions de France métropolitaine enregistrent en mai un nombre de décès supérieur à celui de 2018-2019. Avec une augmentation de 10 %, l’Occitanie connaît la surmortalité la plus élevée des régions de métropole. En Île-deFrance, Centre-Val de Loire, Hauts-de-France et Corse, la surmortalité est désormais légèrement inférieure (9 %). Les régions Bourgogne-Franche-Comté et Pays de la Loire connaissent la surmortalité la plus faible (3 %).

La tendance à la baisse du nombre de décès quotidiens toutes causes confondues, observée depuis fin avril, se prolonge sur les deux premières semaines de mai. Dans la deuxième quinzaine du mois, la mortalité se stabilise à un niveau légèrement supérieur à celui observé en moyenne en 2018-2019. La baisse des décès observée en mai est cohérente avec l’évolution des principaux indicateurs épidémiques diffusés par l’ARS Occitanie (Pour en savoir plus). Elle résulte des nouvelles mesures de confinement mises en place en avril, conjuguées à l’avancée de la vaccination.

À l’échelle départementale, le Tarn-et-Garonne (+ 26 %) mais aussi le Gard, l’Aude, le Lot (+ 17 % chacun), le Tarn et le Gers (+ 11 % chacun) connaissent les surmortalités les plus élevées. Seules la Lozère et les Hautes-Pyrénées enregistrent une sous-mortalité en mai.

Mortalité selon l’âge

En mai 2021, toutes causes confondues, on observe un excédent de décès pour toutes les tranches d’âges à partir de 25 ans par rapport à la même période en 2018-2019. Cette surmortalité est légèrement plus marquée pour les personnes de 65 à 75 ans et pour celles de 85 ans ou plus (+ 11 % pour les deux, soit respectivement 74 et 249 décès supplémentaires par rapport à la moyenne 2018-2019).

Le mois d’avril avait été marqué par un retour de la surmortalité en Occitanie avec la diffusion de variants du coronavirus. En comparaison, la surmortalité du mois de mai est à la baisse pour les 65 ans ou plus. Le confinement du mois d’avril 2021 et la progression de la vaccination contribuent à améliorer la situation : selon l’ARS Occitanie, 75 % des plus de 65 ans avaient eu une première injection au 4 mai, et 86 % au 15 juin. En revanche, les moins de 65 ans sont à nouveau concernés par une surmortalité, ce qui n’était pas le cas précédemment.

Lieu de décès

En mai 2021, la surmortalité est élevée à domicile, en maison de retraite et en milieu hospitalier. Les décès à domicile et en maison de retraite sont supérieurs de 24 % en 2021 par rapport à 2018-2019 (respectivement 294 et 141 décès supplémentaires). Ceux intervenus à l’hôpital ou en clinique augmentent de 16 % (soit + 344 décès). Les décès survenus dans d’autres lieux (voie publique, chez un tiers, lieu de travail, lieu non connu…) baissent de 53 % par rapport à la moyenne 2018-2019 (soit 326 décès en moins), en partie en lien avec les restrictions de déplacement.

Ces statistiques, arrêtées à la date du 24 juin 2021, sont toutefois provisoires et seront révisées à la hausse dans les prochaines semaines. Par ailleurs, les évolutions relatives à des territoires peu peuplés ou catégories peu nombreuses doivent être interprétées avec précaution, le nombre de décès pouvant davantage fluctuer d’une année sur l’autre.

Source INSEE