Européenne : Cassandre y perd son latin, il est vrai qu’elle est grecque

Partager sur :

Comment faire ou refaire l’Europe avec des résultats d’un combat singulier en France qui n’a rien d’européen.

Chacun des deux adversaires a choisi l’autre, espérant le terrasser ; certainement l’un dépassera l’autre mais il ne se passera rien car aucun d’eux n’en mourra.

La salle étant à moitié vide, on ne saura jamais ce qu’on pu penser ceux qui ne sont pas venus voter.

Le combat des chefs, une fois terminée, laissera des victimes : la gauche qui touche la fin de la division et du malheur. Et on n’oubliera pas que c’est par elle que la droite existe.

A l’horizon proche, voilà les Municipales. Le public sera plus nombreux mais tout sera différent car les résultats des européennes n’auront rien annoncé ni rien démontré.

Jacques Limouzy