Histoire du peuple arménien

A l’occasion du 100ème anniversaire du génocide des Arméniens, les Editions Privat publient deux ouvrages pour ne pas oublier : Du génocide des Arméniens à la Shoah – Typologie des massacres du XXe siècle et Histoire de la diaspora arménienne. Le premier ouvrage aborde, entre autres, la reconnaissance de ce génocide, prolongé par l’élimination des Assyro-Chaldéens, des Syriaques et des Yézidis, et mis en relation avec la Shoah et le génocide des Tsiganes. Le second ouvrage montre comment la dispersion des Arméniens, conséquence depuis l’Antiquité d’une périlleuse situation géopolitique, et surtout du génocide, a su conjuguer esprit créateur, intégration et préservation d’une identité profondément humaniste, enracinée dans les valeurs chrétiennes. Ces deux ouvrages complètent l’oeuvre de mémoire commencée avec l’Histoire du peuple arménien, ouvrage réédité à l’occasion de cette commémoration.

 

Du génocide des Arméniens à la Shoah – Typologie des massacres du XXe siècle

Sous la direction de Gérard Dédéyan & de Carol Iancu

Premier livre à aborder, sous forme analytique et comparatiste, deux des plus grands génocides perpétrés au XXe siècle qui ont marqué l’histoire : la Shoah et le génocide des Arméniens, cet ouvrage paraît à l’occasion du 100e anniversaire du génocide des Arméniens et du 70e anniversaire de la libération des camps nazis (Auschwitz, Buchenwald, Mauthausen…). Ce livre est un véritable prélude à l’impérieux devoir de mémoire qu’imposent ces crimes contre l’humanité commis au début et au milieu du XXe siècle.

Unique publication de cette ampleur, ce livre examine, dans une perspective pluridisciplinaire, les points de convergence et les éléments de différenciation entre le génocide des Arméniens (1915), et l’anéantissement des Juifs et des Tsiganes pendant la Deuxième Guerre mondiale. À travers les étapes et les spécificités de l’anéantissement des populations concernées, plusieurs thèmes sont abordés dans l’ouvrage : approches comparatives, témoignages, histoire et mémoire du génocide arménien et de la Shoah, autres massacres génocidaires (génocide des Herrero, des Yézidis, massacre des chrétiens de langue syriaque…), négationnisme et enseignement.

Sous la direction des professeurs Gérard Dédéyan et Carol Iancu, cet ouvrage réunit des auteurs, enseignants et chercheurs représentants des universités et des institutions scientifiques et culturelles de dix pays différents. Par la variété et la richesse des études rassemblées, ce livre propose un éclairage nouveau pour la compréhension du phénomène génocidaire, qui se retrouve au coeur de l’histoire du XXe siècle, débordant même sur le XXIe, et qui concerne toute l’humanité.

Collection : Histoire (avril 2015), 640 pages – 24,90 €TTC

 

Histoire de la Diaspora arménienne

Sous la direction d’Aïda Boudjikanian & Gérard Dédéyan

Soucieuses, depuis une trentaine d’années, de s’interroger sur la persistance d’une identité arménienne trois fois millénaire mais constamment mise en péril en raison de la situation géopolitique de l’Arménie – trait d’union entre l’Europe et l’Asie – et par là même exposée au choc des grands Empires, voire aux massacres et au génocide, les Editions Privat ont décidé, conjointement avec les Professeurs Aïda Boudjikanian et Gérard Dédéyan, de donner une suite substantielle au livre monument Histoire du peuple arménien, publié par Privat en 1982,et largement actualisé et enrichi en 2007.

Ce nouveau volume, porté par 23 spécialistes (de France, d’Arménie, de Pologne, du Portugal, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, du Canada, d’Argentine, de Turquie) est la première étude complète en langue occidentale sur la diaspora arménienne dans tout son développement chronologique et dans toute son amplitude géographique. L’ouvrage s’attache à montrer comment, partis le plus souvent dans des conditions catastrophiques, les émigrants arméniens ont su, dans tous les pays d’accueil, quelle que fût la religion de ceux-ci, s’intégrer tout en préservant leur identité autour de leur Eglise (ils ont construit des lieux de culte sur presque tous les continents) et de leurs valeurs démocratiques, mais contribuer aussi à l’épanouissement de pays aussi différents que la Perse (comme négociants internationaux à partir du 17e siècle), l’Egypte (les vizirs du 12e siècle, les Premiers ministres égyptiens au 19e siècle), la Russie (à la fin du 19e siècle, le glorieux général Loris-Mélikov, ministre de l’Intérieur dont le programme de réformes aurait pu conjurer la révolution), l’Italie ( à Venise, au 18e siècle, l’abbé Mekhitar, à l’origine d’une Renaissance arménienne, le comte Zaccaria Sceriman, émule, par ses romans, de Jonathan Swift), la France (avec l’agronome Jean Althen au 17e siècle, Missak Manouchian, héros de la Résistance, et tant d’autres), le Portugal (le mécène Calouste Gulbenkian, au 20e siècle), sans compter d’illustres figures de l’Empire byzantin (le génial tacticien Narsês au 6e siècle, une dizaine d’empereurs-soldats entre le 7e et le 11e siècle) ou de l’Empire ottoman (le plus grand architecte ottoman, Sinan, au 16e siècle, les amiras à la tête des grands services impériaux au 19e siècle). Ainsi la diaspora arménienne est toujours ou tente toujours d’être en dialogue avec les pays où elle est installée. (Novembre 2015. Collection : Histoire)

 

Histoire du peuple arménien

Sous la direction de Gérard Dédéyan

Oeuvre d’une équipe internationale universitaires de renom, cet ouvrage prend en compte l’importance décisive de ce dernier quart de siècle, ce qui fait de ce livre la seule étude exhaustive publiée en langue française. « Vieille nation, mais jeune Etat », le peuple arménien, vieux de trois millénaires, a vu son indépendance restaurée en 1991 à la suite de l’implosion de l’Union soviétique. Jusqu’au XIVe siècle, dans la région montagneuse à laquelle ils ont donné leur nom et en Cilicie, leur deuxième foyer, les arméniens se sont acharnés à défendre leur liberté contre leurs adversaires venus de l’est et de l’ouest.

Privés d’Etat (mais non d’autonomies locales) pendant plus de cinq cents ans, ils ont au moins su maintenir leur identité confessionnelle et culturelle, grâce à une religion officielle, le christianisme, et à un alphabet spécifique qui garantit la pérennité de leur langue.

Le XXe siècle porte l’empreinte tragique du génocide, perpétré par le gouvernement jeune-turc en 1915, qui accélérera le processus diasporique. Le début du troisième millénaire, avec la reconnaissance de cette extermination par, entre autres, une loi de la République française en 2011, suscite à nouveau l’espoir des Arméniens. (2007. Collection : Histoire. 1100 pages – 30 €TTC)

 

Du génocide des Arméniens à la Shoah, Typologie des massacres du XXe siècle

Les auteurs

Gérard Dédéyan est membre à l’étranger de l’Académie nationale des sciences d’Arménie, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université Paul-Valéry de Montpellier III. Il a déjà publié plusieurs travaux portant sur ce sujet, dont Les Arméniens, histoire d’une chrétienté Privat, 1990), Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés (Lisbonne 2003, prix Schlumberger 2006 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres). Il a dirigé l’Histoire du peuple arménien (Privat, 2007) et coédité 1895, Massacres d’Arméniens. Alphonse Cillière, Consul de France à Trébizonde (Privat, 2010).

Carol Iancu, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paul Valéry de Montpellier III et directeur de l’École des hautes études du judaïsme (Paris), est docteur Honoris Causa de quatre universités roumaines ainsi qu’historien du judaïsme et de la Shoah. Carol Iancu a déjà publié : La Shoah en Roumanie (Montpellier, 2000), Les Mythes fondateurs de l’antisémitisme (2003), De l’Antiquité à nos jours (Editions Privat, 2003), Alexandre Safran. Une vie de combat, un faisceau de lumière (Montpellier 2007), Les Juifs de Hârlãu. Histoire d’une communauté (Lasi, 2013).

LIVRE ARMENIE PRIVAT1                               LIVRE ARMENIE PRIVAT2