HOP! Biodiversité change de nom et devient Aéro Biodiversité

Partager sur :

L’association dont la raison d’être est la biodiversité se nomme désormais Aéro Biodiversité afin d’amplifier sa démarche entamée depuis 6 ans, en juin 2013, en faveur de la biodiversité en milieu aéroportuaire.

Les aéroports et aérodromes disséminés sur tout le territoire métropolitain représentent environ 45 600 ha soit environ 33 700 ha d’espaces verts clôturés pour des raisons de sécurité liées à l’activité aéronautique.

Préservées du développement urbain, comme de nombreuses activités humaines, ces prairies aéroportuaires généralement non traitées et non labourées favorisent la reproduction d’une faune et flore souvent méconnues du grand public. Ces espaces semi-naturels sont présents dans chaque région française, il est important de mieux les gérer afin  de protéger les espèces souterraines, au sol et en vol qui y demeurent.

Les travaux assidus de l’association s’opèrent dans un cadre méthodologique validé scientifiquement par le Muséum national d’Histoire naturelle, membre de droit de l’association. Ils impliquent un personnel local varié en faisant appel aux sciences participatives. Les résultats viennent enrichir les bases nationales de connaissance de la biodiversité.

Tout en affirmant la volonté de mettre en priorité la sécurité aéronautique – la Direction générale de l’Aviation Civile est également membre de droit très actif de l’association – il est possible d’accroître la biodiversité sur les espaces concernés, en pratiquant par exemple des stratégies adaptées en matière de fauche et en éliminant les produits phytosanitaires…

Lionel GUERIN, Président de Aéro Biodiversité, déclare : « Les zones aéroportuaires représentent des îlots de biodiversité très largement répartis à l’échelle nationale. Une réflexion et des actions peuvent être initiées, afin de relier ces espaces par des zones relais, créant ainsi des couloirs écologiques dont les aéroports constitueraient des maillons forts voire essentiels. Une stratégie nationale serait à mettre en œuvre. L’association continue la démarche entreprise en faveur de la préservation de la biodiversité en milieu aéroportuaire, dans le cadre de la mise en place de protocoles scientifiques en accord avec chaque plateforme. Avec l’aide précieuse des personnels participant de manière volontaire, nous avons observé 2 300 espèces végétales et animales chez nos partenaires, cela montre clairement la contribution potentielle de l’industrie du transport aérien à la sauvegarde de la vie dans toute sa diversité sur notre territoire. »