Hubert Germain, le dernier Compagnon

Hubert Germain avait participé à la bataille héroïque de Bir Hakeim © Fondation de la France libre

Hubert Germain vient de disparaître. Il avait 101 ans. Fait Compagnon de la Libération en 1944, il était l’ultime membre de cet ordre créé par le Général de Gaulle.

Nous étions ensemble dans deux gouvernements de Pierre Messmer. Il avait 52 ans, j’en avais 47. Nous avons quitté ensemble le Gouvernement à la suite de la disparition du président Pompidou.

Il était direct, cordial et portait avec lui sa propre histoire qui passait par la bataille de Bir Hakeim, le « Valmy » de la France libre.

Il faut dire que j’avais dans mon cabinet le colonel Jacques Mansion, lui aussi Compagnon de la Libération.

C’était une autre époque, l’une de celle qui disparaît avec Hubert Germain.

Comme il l’avait souhaité, Hubert Germain sera inhumé au Mont Valérien le 11 novembre lors d’une cérémonie nationale présidée par le Chef de l’Etat. « Figure de proue de la France libre », comme l’a qualifié Emmanuel Macron, Hubert Germain écrivait dans ses mémoires : « Quand le dernier d’entre nous sera mort, la flamme s’éteindra. Mais il restera toujours des braises ».

Jacques Limouzy