Il faut cacher « la merde au chat »

Mon Neveu,

Ce qui se passe à Paris nous montre à l’évidence que la campagne des municipales s’enfonce dans une obscurité déplorable.

Le Président lui-même en perd son latin qui était pourtant de bonne qualité puisque c’était celui des Pères Jésuites de la Providence d’Amiens.

Cette obscurité s’étend aux territoires au point d’inciter le Ministre de l’Intérieur à la porter jusqu’à la qualification des listes dans une circulaire qui n’est pas illégale mais dont la naïveté surprend.

On se souviendra que le Ministre de l’Intérieur doit s’occuper d’abord de ce qui le regarde et surtout de ce qui ne le regarde pas.

Ainsi, Talleyrand parlait-il de Fouché.

C’est un peu ce que l’on reproche aujourd’hui à Monsieur Castaner.

Il n’y a aucun scandale puisque la circulaire du Ministre de l’Intérieur fait partie de ses devoirs non écrits.

Ce texte est destiné à dissimuler sous des termes inconvenants « La merde au chat » c’est-à-dire atténuer un échec prévisible pour l’homme le mieux informé de France au risque de démobiliser les siens.

Consolons-nous, en politique, il n’y a pas de déroute et comme quelqu’un l’a dit : « Tout désespoir est une sottise absolue »

Célestin Crouzette