Jacques Limouzy : « Castres, l’Etat, l’Eglise et la Séparation »

Partager sur :

La survenance de la Séparation, parce qu’elle était précédée dans l’Eglise d’Albi et l’ancien diocèse de Castres d’antériorités singulières, ne fut pas reçue comme ailleurs.

Parce que depuis près de mille ans, la Foi la plus scrupuleuse y fut aussi la plus contrariée.

Nul ne montait les marches de la Sainteté sans rencontrer les frontières du doute.

Parce qu’enfin, la fille aînée de l’Eglise lui resta souvent rebelle ; ses rapports avec le Saint-Siège ne furent pas un long fleuve tranquille.

Le diocèse de Castres et ses évêques eurent leur part dans ces anciennes séparations-contestations à travers un gallicanisme sans cesse renaissant.

A Castres depuis le même établissement (Le Petit Séminaire) où ils furent élèves puis enseignants, deux acteurs de ce drame se détachent : l’abbé Louis Birot qui côtoya « Le Modernisme » et bien avant lui, Emile Combes qui, depuis ce séminaire parvenu au sommet de l’Etat, fonda la laïcité. 

 

Ceci fait l’objet d’une conférence que Jacques Limouzy donnera le mardi 12 mars à 17h30 à l’auditorium de la Bibliothèque municipale de Castres, Avenue du Sidobre