Trump se trompe

Partager sur :

« Si je t’oublie, ô Jérusalem, que tombe ma main droite et que ma langue se dessèche » (Psaume).

Monsieur Trump s’est trompé.  Jérusalem n’est à personne puisqu’elle est la ville d’Abraham, de Jésus et de Mahomet.

Cette ville n’est ni nationale ni internationale, elle est universelle, celle d’un Dieu unique et parce qu’il est unique, il ne peut qu’être le même pour les uns comme pour les autres.

Aux temps de l’Empire Ottoman, les ambassadeurs étaient à Istamboul et les lieux Saints de Jérusalem étaient protégés par la République Française quoique laïque pour les catholiques et par le Tsar pour les orthodoxes.

Monsieur Trump a-t-il songé à la singularité d’une représentation dont la signification sera diversement appréciée et restera contradictoire avec les apaisements recherchés ?

Jérusalem ne peut être la capitale d’un état ni la ville centre- internationale de plusieurs.

Elle est le lieu universel de ceux qui prient un Dieu unique qui probablement est le même pour tous, sans que tous l’aient compris.

 

La politique de Monsieur Trump n’est pas faîte pour être comprise, elle est souvent déconcertante parfois inattendue.

Mais si le surréalisme de la méthode déconcerte les uns et les autres, on ne saurait en conclure qu’il n’a ni chemin, ni objectif.

Que ce chemin paraisse incohérent et cet objectif inconnaissable, il reste les conséquences celles-là nous appartiennent puisqu’il nous arrive de les subir

Jacques Limouzy