La Guerre de Troie n’aura pas lieu

Partager sur :

On se demande où est passé la droite ? On doit répondre qu’elle est partout puisque la gauche n’est nulle part.

On aura mis longtemps pour comprendre que le Gouvernement était au centre-droit, qu’il était peuplé d’anciens républicains, que la majorité parlementaire était faite d’élus d’En Marche qui se droitisent, d’hommes de gauche qui ne se souviennent plus ce qu’ils étaient et de socialistes entrés en repentance.

Et il va falloir faire quatre élections dont les municipales en tête avec ces cohortes de mutants, de fausses barbes et de vieilles perruques revenues comme le Modem.

Il est possible que le Président ne s’en mêle pas, il n’est pas candidat et il a réussi sa répétition générale des présidentielles de 2022.

Tout ce que l’on sait, c’est que les maires n’ont, pour la plupart, pas d’adhésions politiques précises mais seulement des tendances.

Il est probable que la droite sera gagnante mais il est possible qu’on ne sache pas laquelle.

En deux mots, une guerre n’est pas certaine. Comme l’avait écrit Jean Giraudoux en 1938 : « La guerre de Troie n‘aura pas lieu ».

Des politologues de café-concert nous disent que la droite a disparu alors que les mêmes disaient que « la gauche n’est nulle part » ; ils devraient percevoir que la droite est un peu partout.

Nous avons connu la gauche plurielle, faudra-il aujourd’hui se résoudre à une droite singulière ?

Jacques Limouzy