La Région Occitanie entre au capital de l’aéroport de Castres-Mazamet

Lors de la commission permanente réunie ce vendredi 13 décembre, les élus régionaux ont adopté la proposition de la présidente de Région, Carole Delga, de participer à la gouvernance de l’aéroport de Castres-Mazamet en intégrant à hauteur de 30,41% le syndicat mixte propriétaire de la plate-forme.

« Dans les territoires qui ne sont pas desservis par les lignes ferroviaires à grande vitesse, les lignes aériennes représentent un accès essentiel à Paris et à l’international. Sans cela, c’est tout un bassin économique qui souffrirait, fragilisant avec lui les emplois de milliers d’habitants. Le Sud du département du Tarn – Castres et son bassin économique – est un territoire fortement enclavé. Sans autoroute jusqu’à Toulouse, jusqu’à 2022 au minimum, et à plus de 7h30 de Paris en train, Castres, sans aéroport, serait trop isolé pour maintenir son attractivité auprès des entreprises et industriels. Notre objectif est bien sûr de poursuivre le déploiement du ferroviaire, plus respectueux de l’environnement, mais les investissements sont colossaux et nous devons garantir les liaisons du territoire castrais pour en préserver l’emploi. », a déclaré Carole Delga lors de la commission permanente.

L’aéroport de Castres-Mazamet est relié à Paris par une ligne à Obligation de Service Public (OSP) exploitée par Air France. Avec 44 700 passagers annuels, l’aéroport génère 70 emplois en Occitanie et près de 2 M€ de valeur ajoutée.

Composé du Conseil départemental et de la CCI du Tarn, de la Communauté d’Agglomération de Castres-Mazamet, des Communautés et d’une quinzaine de communes du territoire, le Syndicat mixte de l’aéroport souhaitait vivement l’entrée de la Région au titre du schéma aéroportuaire régional. La CCI du Tarn étant contrainte de réduire sa participation, la Région Occitanie, jusque-là partenaire financier, prendra donc des parts dans le syndicat mixte à hauteur de 30,41 %. Cela représente une participation estimée à 800 000 € annuels, soit l’équivalent de ce que la Région apportait jusqu’à aujourd’hui en subvention à la ligne d’aménagement du territoire Castres-Paris.

Intégrant la gouvernance du syndicat mixte, la Région disposera désormais de trois sièges, au même titre que le Département du Tarn et la Communauté d’agglomération de Castres-Mazamet.