L’aéroclub vole vers de nouveaux projets

Les membres de l’aéroclub de Castres-Mazamet, les ailes de l’autan, édite mensuellement un bulletin d’information. A l’occasion de leur 100ème numéro, l’équipe rédactrice lance un concours d’idées sur le thème : «Pour toi qu’évoque le mot avion ?».

« Ce concours est ouvert à toute personne de 7 à 77 ans. Ce numéro spécial sera édité à la fin de l’année » indique Robert Laffon, instructeur ULM au sein de l’association. Le texte d’une dizaine de lignes au maximum permettra une étude psychologique de la perception de l’aviation pour des jeunes entre 15 et 18 ans. Les productions devront être envoyées au plus tard le 15 octobre aux adresses suivantes : Secrétariat Aéro Club CMAA – Le Causse, aéroport de Castres-Mazamet, 81290 Labruguière ou par mail à : cdedsp@orange.fr.

« Les résultats seront communiqués avant le 15 novembre. Les textes sélectionnés seront publiés dans le bulletin n°100 » poursuit Robert Laffon.

La formation et la sécurité, figures de proue de l’aéro-club

L’aéroclub de Castres-Mazamet, les ailes de l’autan que préside Christian Mader est une association qui réunit environ 200 membres autour d’une passion commune, la découverte et la pratique de l’aviation en général.

Le but de l’aéroclub se concentre sur l’apprentissage du pilotage des avions et des hélicoptères. Une visite médicale est nécessaire pour commencer son instruction. Le praticien doit être agréé par l’Aviation Civile. Les vols correspondent à un déroulement normalisé suivant les directives et le contrôle de l’Aviation Civile. La formation se fait sous l’autorité d’un chef pilote (en l’occurrence pour Castres Henry Fournier, ancien commandant de bord sur Concorde) et par des instructeurs, formateurs agréés par l’organisme de tutelle, après des stages en Centre National.

Les vols s’effectuent sur monomoteurs dont la vitesse de croisière oscille entre 180 et 270 km/h. Ces appareils équipés des derniers perfectionnements d’aides radioélectriques à la navigation permettent de parcourir le monde en emportant ses amis.

Après des cours théoriques et des leçons en vol l’élève obtient un brevet PPL (brevet de pilote privé) et une licence d’une certaine durée, suivant l’âge, qui lui donne l’autorisation de prendre un avion du club et de satisfaire pleinement ses envies de voler : soit en VFR Visual Fligt Rules de jour comme de nuit ou bien en IFR (Instrument Flight Rules) quand le pilote vole sans visibilité, par exemple dans les nuages ou au-dessus.

Il existe pour ceux qui recherchent des sensations fortes une activité aéronautique particulière qu’autrefois se nommait l’acrobatie et qui aujourd’hui prend le nom de voltige parce qu’elle répond à des critères bien déterminés et bien spécifiques.

Pour ceux qui veulent ajouter aux joies de l’air celles de l’eau ils peuvent apprendre à piloter des hydravions à Biscarosse par exemple. A Castres, il n’existe pas de plan d’eau.
La sécurité reste un élément essentiel de l’esprit de la formation qui, par exemple, donne à l’étude de la météorologie une grande place dans le cursus du pilote pour assurer pleinement un voyage aérien. Les vols se réalisent toujours dans des conditions ne mettant jamais en jeu la vie des pratiquants. Des exercices de panne constituent le volet sécurité au cas où le moteur s’arrêterait.

« En général, nos membres prennent un réel bonheur à évoluer dans les 3 dimensions sans se prendre pour Yordi mais en ressentant toutes les finesses d’un pilotage sûr, raisonné et toujours bien préparé et assimilé dans un ciel qu’ils ont parfaitement étudié et maîtrisé. Le lâcher solo constitue pour beaucoup d’élèves le meilleur souvenir de leur carrière aéronautique. Il se réalise entre 10 et 15 heures d’école. L’aéroclub de Castres Mazamet, les Ailes de l’Autan, vous garantit le septième ciel » conclut Robert Laffon.

transponder_on_taxi