« Ensemble cultivons la passion du Tarn » appelle à une mobilisation massive

Partager sur :

Les candidats qualifiés pour le second tour de la liste “Ensemble cultivons la passion du Tarn”

« Nous appelons les Tarnais à se mobiliser car l’alternance est plus que jamais à portée de main ».

Lundi à Albi, Philippe Folliot, député du Tarn centriste, Bernard Carayon, président départemental de l’UMP, Henriette Relaix, présidente du MoDem et Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire d’Albi, ont dressé le bilan du premier tour des élections départementales dans le Tarn. « Le résultat est bon, même s’il aurait pu être meilleur » a lancé Philippe Folliot et ajouté : « Nous partions en position d’outsiders face au PS qui avait remporté six cantons au premier tour en 2008 et nous arrivons en tête avec 30 % des voix ». « Et les seuls conseillers élus (Philippe Folliot et Brigitte Pailhé-Fernandez) dès le premier tour sont dans nos rangs » ajoute Bernard Carayon. Pour Philippe Folliot et Bernard Carayon, « le résultat du premier tour représente un désaveu criant pour la Majorité départementale ». « Plus de 70 % des Tarnais ont rejeté les candidats de la Majorité sortante et toutes les composantes de la Gauche sont éliminées à l’exclusion du PS » souligne Philippe Folliot. « La politique gouvernementale de la Gauche a été sanctionnée » ajoute Bernard Carayon. « Le changement est en marche partout en France, il ne faudrait pas que le Tarn soit à l’écart de ce changement ». Les candidats de la liste « Ensemble cultivons la passion du Tarn » appellent à une mobilisation massive dimanche prochain. « L’alternance, c’est maintenant ou dans trente ans, l’enjeu est important  » précise Philippe Folliot. « Les Tarnais doivent dire s’ils veulent continuer sur la lancée actuelle ou choisir une nouvelle donne » ajoute Henriette Relaix. Pour Bernard Carayon « l’enjeu c’est un choix de vie entre le clientélisme, le gaspillage de Cap’ Découverte et l’éloignement des classes populaires d’un côté et le haut débit pour tous, la chasse au gaspillage sur les prestations sociales, le soutien aux jeunes par des prêts d’honneur de l’autre ». « Le premier tour était un vote d’humeur, le second est un vote de responsabilité » conclut le député tarnais. C.C.

 

Aux militants UMP

« Depuis dimanche, partout en France, l’alternance est en marche, et elle ne l’est que parce que l’UMP et l’UDI ont fait l’union. Ces résultats valident notre stratégie nationale, et celle que j’ai voulue pour le Tarn.

Comme je n’ai cessé de le souligner aussi, les candidatures dissidentes –qui n’atteignent que 5 à 6 % des voix– empêchent certains des candidats de notre alliance d’être présents au 2ème tour. Ils portent une lourde responsabilité. Plusieurs de nos candidats, notamment issus de l’UMP, sont en passe d’être élus. Pas une voix ne doit leur manquer. D’autres sont dans une situation où tout se jouera à quelques dizaines de voix. Je vous demande de tout faire, cette semaine, pour donner au Tarn, la chance de sortir de la médiocrité socialiste. » 

Bernard Carayon

 

Canton Mazamet 2 – Vallée du Thoré

« Le désenclavement est l’avenir de notre région et passe par l’autoroute Toulouse –Castres-Mazamet en se prolongeant vers le Languedoc.

C’est le combat de ma vie locale… mais place aux jeunes et j’ai demandé à Olivier Fabre d’en assurer la continuité.

Je le soutiens dans cet engagement et souhaite qu’il soit notre élu.

Il est l’homme de la situation ! »

Laurent Cabrol, fondateur des routes de l’avenir