L’artisanat tarnais vient de passer le cap des 10 000 établissements.

La boulangerie Ô Pain d’Anglès est le 10 000ème établissement à s’immatriculer au Répertoire des Métiers. Avec 10 000 établissements et près de 16 000 salariés l’artisanat représente un secteur économique en plein essor.

La boulangerie Ô Pain d’Anglès est représentative des entreprises artisanales rurales qui maillent le département, elle assure un service de proximité et un lien social indiscutable.

Mme Christelle Raynaud et son compagnon ont repris l’entreprise du village, ils assurent des tournées sur la montagne languedocienne. Accompagnés par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat avec le soutien des collectivités locales, les bases d’un bon démarrage sont posées, d’autant que la qualité des produits et l’accueil sont au rendez-vous.

Jeudi 14 juin, le Président Jean-Louis Hormière et le 1er Vice-président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, Denis Ben, ont rendu visite aux nouveaux boulangers en présence de Mme Pailhe-Fernandez conseillère départementale, M. Barthes maire d’Anglès, M. Bousquet président de la communauté de communes des Monts de Lacaune et du Haut Languedoc, M. Cazals adjoint au maire d’Anglès.

Cette rencontre fut l’occasion de féliciter le couple de boulanger, mais aussi d’évoquer le nécessaire soutien aux entreprises qui peut être apporté par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat et par les collectivités.»

La 10.000ème entreprise

Présentation de la boulangerie « Le Paul » et de l’accompagnement réalisé par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Tarn A Anglès, la reprise de la boulangerie Le Paul représente un exemple à suivre pour la dynamique du territoire.

Christelle Raynaud et Fernand Da Costa ont racheté, en 2018, le fonds artisanal de boulangerie-pâtisserie Le Paul à Anglès à Paul et Sylvie Cros qui souhaitaient prendre leur retraite.

Christelle et son conjoint Fernand Da Costa cherchaient en effet une boulangerie en milieu rural pour s’installer. Christelle est boulangère depuis 2011. Elle a choisi ce métier par passion après avoir fait une partie de son parcours professionnel dans la comptabilité, puis la santé. Son expérience lui apporte des compétences en gestion indispensables.

Elle a, par ailleurs, travaillé dans plusieurs boulangeries où elle a acquis la pratique du métier et la connaissance de différentes techniques de fabrication. Elle s’occupe donc de la gestion du fournil. Fernand, précédemment moniteur d’auto-école, l’accompagne dans cette démarche et participe également à l’activité. Il se charge notamment de la vente et des tournées. Leurs profils et compétences sont bien complémentaires. En reprenant cette boulangerie ils ont décidé de construire leur projet de vie à Anglès.

C’est une chance pour le village, car la boulangerie reste un des derniers commerces de la commune. Elle crée du lien social et permet de répondre aux besoins de première nécessité des habitants. Elle dessert, par les tournées, des clients dans les communes alentour, ainsi que des touristes en saison estivale.

Le projet de reprise a été financé en partie par emprunt bancaire et par autofinancement. Avec l’appui de la CMA du Tarn et de Midi-Pyrénées Actives, ils ont pu bénéficier d’un prêt d’honneur au titre du dispositif NACRE (6 000 euros) et d’une garantie du Fonds de Garantie à l’Initiative des femmes (FGIF). Une demande de financement complémentaire pour la modernisation de la boulangerie est en cours au titre du Coup de Pouce proposé par le Conseil de Développement des Hautes Terres d’Oc (2 000 euros demandés).

L’accompagnement et le suivi de l’entreprise se fera pendant les 3 premières années d’activité (suivi NACRE).