L’autorité présidentielle vient de la Constitution

Partager sur :

L’aptitude d’un président à conduire une Nation comme la nôtre ne serait rien sans la qualité des institutions de la République.

Car il est difficile de conduire les peuples si leurs institutions n’ont pas cette cohérence avec les évènements qu’elles doivent affronter.

Il n’en est pas ainsi en Italie où les institutions ressemblent à s’y méprendre à celles de la IVème République en France qui donnaient à l’exécutif cette fragilité temporelle que nous connaissions avant 1958.

Il en est de même en Allemagne où les élections législatives ne permettent la constitution d’un Gouvernement qu’après d’interminables transactions dont le résultat est pour l’instant une perte d’autorité pour la Chancelière.

Nous pourrions faire le tour des gouvernements démocratiques d’Europe et constater que la France est la seule où, après une consultation présidentielle ou législative, il y a un Gouvernement dès le lendemain.

Voulue par de Gaulle, adoptée par le peuple, et confirmée par François Mitterrand, qui en quatorze ans n’y changea pas un « iota », la Constitution de la Vème République sera dans neuf ans le régime le plus long que la France ait connu depuis la Monarchie.

Ceci pour dire que la primauté dont jouit actuellement le Président français en Europe n’est pas due seulement à des qualités personnelles mais aussi parce que son Pays a des institutions dont il emprunte chaque jour une solidité que les autres n’ont pas.

Jacques Limouzy