Le chiffon rouge ?

Partager sur :

Trente ans après la Marche pour l’égalité et contre le racisme, est-il dans le vent de l’Histoire de caractériser la France comme “arabo-orientale” ? Dès juillet 2012, le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault avait annoncé qu’il souhaitait “renouveler en profondeur l’approche des questions d’intégration”.

La question revient ces jours derniers à l’ordre du jour, à la suite d’un rapport précisément remis à Matignon, considérant que la France devait considérer la dimension arabo-orientale de son identité. Ce rapport aurait séduit Jean-Marc Ayrault par sa “très grande qualité”, bien que d’un contenu radicalement contraire aux valeurs et aux principes de la République Française. D’ailleurs, d’ores et déjà, de violentes critiques se sont élevées, à droite comme aussi à gauche, contre cette “usine à gaz”, chapeautée par 11 ministres, faite par 250 “chercheurs-experts”, ces derniers sans doute choisis dans le corpus syndicalo-culturo-associatif si influent dans l’Hexagone et qui inspire en permanence la gauche.

La méthode a surpris et le contenu n’est pas acceptable. Il s’agit de déconstruire tout ce qui peut ressembler à la souveraineté nationale, à l’identité nationale, à l’histoire nationale. Pour cela, on ne parle plus d’assimilation, mais d’inclusion, c’est-à-dire de communautés vivant à égalité de droits dans le même espace. “Remettre à plat” (Jean-Marc Ayrault aime le terme, qu’il a déjà appliqué à la fiscalité) l’Histoire de France amènerait à modifier l’Histoire enseignée qui “se réfère à des figures incarnées qui demeurent très largement de “grands hommes” mâles, blancs et hétérosexuels” (sic). Il s’agirait donc de les changer pour les remplacer par d’autres, plus représentatifs “des dynamiques plurielles de la société”. Le terme même d’“intégration” serait à éviter parce que discriminant.

L’enjeu de la politique à mener, comme l’écrivent les “experts” de façon fort tortueuse, réside dans le fait de se doter d’un “projet de société”, d’un “vivre ensemble égalitaire”. N’y figurent ni le mot de patrie ni celui de nation ! Ce n’est, ni plus ni moins, qu’une provocation délibérée et une énième attaque des valeurs de la France. Et c’est, comme le dit Eric Zemmour, “une désintégration progressive de notre civilisation”, conséquence sans doute d’un certain nombre de lâchetés : au titre de celles-ci faut-il se remémorer la ferme opposition conjointe de Lionel Jospin et de Jacques Chirac à l’inscription de la notion d’“héritage chrétien” dans la Constitution européenne ? Il y a pourtant tellement plus de clochers que de minarets dans notre pays !

Même si l’on conçoit les difficultés de certaines minorités qui se sentent à la fois indigènes et immigrées, faut-il pour autant, pour les satisfaire, faire disparaître les autochtones, en n’en faisant plus qu’une communauté parmi d’autres ? Une France “arabo-orientale” ? Faut-il remonter aux conquêtes arabes du VIIème siècle ? Le temps des Sarrazins est tout de même marginal pour se poser de nos jours le problème de la citoyenneté. Certes, un sondage nous dit que deux tiers des musulmans interrogés disent que les règles religieuses sont plus importantes que les lois du pays dans lequel ils vivent. Sans doute alors est-ce encore chez nous l’héritage chrétien que notre exigence de laïcité : “Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu”…

Quand on m’invite à dîner, j’achète des fleurs pour la maîtresse de maison, ou une bouteille pour le repas, j’arrive à peu près propre et j’essaie de m’adapter à l’assistance et aux coutumes de mes hôtes, sans rien exiger. Voilà le minimum syndical, un comportement humain qui fait qu’on ne vous met pas dehors et qui probablement fait de vous quelqu’un qu’on a plaisir à voir. J’attends cela d’un invité, sinon je peux devenir désagréable !

Certains jugeront la démarche de nos gouvernants grotesque, mais elle a réellement une dimension tragique et pathétique. Peut-on être Français en bafouant nos traditions, notre culture ? A-t-on la réciprocité chez nos interlocuteurs ? L’on tue des chrétiens en terre d’Islam ! Mais c’est une méthode chez nos gouvernants “hollandais” : détourner l’attention sur le harcèlement racial pour faire voter des lois liberticides par un Parlement aux ordres. Ce rapport commandé à de prétendus “experts” judicieusement sélectionnés a le double but d’appâter le groupe “arabo-oriental” de la population française, et de braquer les électeurs républicains en poussant certains, par mécontentement, vers le vote FN, dans ce piège mitter-randien qui est l’assurance-vie du PS, en bradant nos valeurs, notre laïcité, notre histoire, pour une poignée de voix ! Car c’est bien ainsi que, après l’aide involontaire de Nafissatou, François Hollande a pu être élu grâce au FN et accessoirement à Bayrou. On agite le chiffon rouge, sans doute pour mettre le feu, à cent jours d’élections qui s’avèrent difficiles. Ainsi, avec le droit de vote aux étrangers non naturalisés et les encouragements au communautarisme, parmi d’autres mesures tout aussi démagogiques, les socialistes pensent assurer leur réélection pour plusieurs quinquennats !

L’un des legs les plus séduisants de la civilisation arabo-orientale est la danse du ventre. Curieusement, le rapport en discussion, paraît-il, n’en parle pas…

Pierre Nespoulous