Le fils de personne

Dieu le père dit un jour « Car celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toutes mes complaisances, écoutez-le ».

En trouvant naturel qu’Emmanuel Macron soit près de lui sous l’Arc de Triomphe lors des cérémonies du 8 Mai, François Hollande a ajouté : « C’est près de moi qu’il s’est formé ».

Or, le nouveau Président ne va pas manquer de s’apercevoir qu’il a le plus grand intérêt à n’être le fils de personne. Elu confortablement mais avec une majorité qu’il ne connait pas, pas plus qu’il ne connait les « non votants », les blancs ou les nuls. Tous non identifiés.

Et puisque cette République est aussi parlementaire, il lui reste à faire un gouvernement nécessairement majoritaire.

Cette recherche n’est pas simplifiée par le postulat initial du Président :  ni droite, ni gauche. Mais s’il n’y a ni droite, ni gauche, il ne peut y avoir de centre.

Le gouvernement ne sera donc pas centriste mais il pourra être central.

Jacques Limouzy