Le pacte Etat-Métropoles : une bonne initiative

Le Premier Ministre Manuel Valls signe ce jour à Lyon un pacte de coopération entre l’Etat et les présidents des 15 métropoles françaises afin de conforter leur place dans la concurrence mondiale, favoriser leur rôle de locomotive dans l’économie régionale et nationale, de répondre aux besoins de leurs populations mais aussi de leurs territoires ruraux et périurbains.

Le CESER partage cette ambition mais il souhaite que les métropoles qui en feront le choix puissent accéder au statut dérogatoire permis par la loi de 2010 qui a créé le statut du Grand Paris, métropole qui porte le projet du Grand Paris Express. Cette société (SGP), structure publique, associe l’Etat et les élus de la métropole dans un conseil de surveillance et un comité stratégique, elle finance le Grand Paris Express.

Cette société a la possibilité juridique de créer des ressources nouvelles pérennes (taxes sur les bureaux…) pour financer ses infrastructures, l’aménagement des gares, créant ainsi par l’investissement des richesses.

Cette initiative nouvelle permettrait de répondre aux préoccupations des grandes métropoles pour financer les infrastructures de transport collectif nécessaires à la gestion de la mobilité et d’une croissance durable. Toulouse et Montpellier pourraient être après Paris, si elles le souhaitent les premières à en faire l’expérimentation.

Jean-Louis Chauzy
Président du CESER Languedoc Roussillon Midi Pyrénées