Le placebo

Partager sur :

A droite comme à gauche, on demande le départ du Gouvernement.

Pourquoi en changer puisqu’il apparaît que l’on fera le même ? Ce n’est pas parce qu’il sera plus ou moins nombreux, plus ou moins pesant, plus ou moins actif, que les choses changeront.

Lorsque François Mitterrand dans la nécessité de solder des promesses inconsidérées de 1981 remplaça Pierre Mauroy par Laurent Fabius, ce fut pour changer de politique et il le fit.

Comme il ne semble pas que l’on souhaite en changer, un gouvernement, si nouveau soit-il, aura l’effet d’un placebo comme en médecine et n’impressionnera après quelques semaines que les jobards.

Patouillard

237ème lettre d’Innocent Patouillard, contribuable Castrais, à son Oncle, Célestin Crouzette, propriétaire exploitant à la Montagne