Le préfet poursuit sur ses priorités

 

Prévention routière, sécurité, emploi, apprentissage,… et Sivens : le Préfet du Tarn, Thierry Gentilhomme, a fait le point sur leurs évolutions depuis le début de l’année 2015.

Dernièrement, le Préfet du Tarn, Thierry Gentilhomme, entouré de Yves Mathis, son Directeur de cabinet, a accueilli la presse afin de faire le point sur les sujets «chauds». Comme d’habitude, la sécurité routière en fait partie. D’autres thématiques comme l’emploi, la réforme territoriale ou le dossier Sivens ont été évoquées. 

Sécurité routière. «Il y a un devoir de mobilisation. Il y a moins d’accidents mais ils sont plus graves avec plus de tués et plus de blessés. Il faut réagir. Il faut que les conducteurs prennent conscience des risques pris sur les routes. Notre priorité c’est de remettre les gendarmes au bord des routes pour traquer les comportements des automobilistes. L’utilisation des portables au volant est un vrai danger. La répression ça fait peur, et pour faire peur, il faut le faire savoir et se montrer ! Pour le moment, il n’y aura pas de radars fixes supplémentaires mais on va faire évoluer le réseau (ndlr 3 radars devraient être déplacés)». 

Cambriolages : «En zone de police et de gendarmerie, les chiffres sont plus satisfaisants que l’an dernier même ci ça fait encore trop. Sur les résidences principales, il y a eu moins de cambriolages mais il nous faut encore améliorer les chiffres sur les résidences secondaires, les locaux commerciaux ainsi que dans quelques lieux publics comme les écoles et les locaux des clubs sportifs.» 

Emploi : «Il faut accompagner les entreprises en difficultés notamment en matière de recherche d’aides. Il faut tout faire pour préserver ce qui existe. Conserver un emploi, c’est plus facile que d’en créer un. En matière de contrat d’emplois aidés, notre Département est un bon élève dans la Région, au-dessus de la moyenne nationale.»

Jeunesse : «L’apprentissage doit être valorisé. L’apprentissage, c’est le travail humain par excellence, un savoir-faire qui passe de main en main. Le travail manuel est porteur d’emploi, c’est un vecteur de réussite. Il faut appuyer la Chambre de métiers en mettant en valeur le maître d’apprentissage.

Jeunesse : «L’apprentissage doit être valorisé. L’apprentissage, c’est le travail humain par excellence, un savoir-faire qui passe de main en main. Le travail manuel est porteur d’emploi, c’est un vecteur de réussite. Il faut appuyer la Chambre de métiers en mettant en valeur le maître d’apprentissage. Le service civique doit être mis en avant. L’objectif cette année est de 80 services civiques dans le Tarn, cela va s’accentuer en 2016. Il faut faire preuve d’imagination, le positionnent de ces emplois doit être visible. Le volontariat notamment au niveau des sapeurs-pompiers doit être mis en avant.»

Transition énergétique : «La transition énergétique est une priorité majeure pour notre pays. Il faut expliquer aux entreprises et aux collectivités que la transition énergétique est un objectif ambitieux qui comporte un volet important dans la création de l’emploi (100.000 emplois)».

Réforme territoriale : «Avec la future région Midi-Pyrénées-Languedoc Roussillon, le Tarn n’aura plus la même place. Nous étions le deuxième département de Midi-Pyrénées, ce ne sera plus le cas. Il faudra s’adapter, trouver sa place et défendre nos intérêts.

Sivens : « Le dialogue reste ouvert. Je suis responsable de la paix civile. Les discussions doivent se faire sur un terrain apaisé. Nous ne devons pas remplacer les compétences des gendarmes mais on aura toujours un œil sur le site».

Sivens : «C’est un dossier compliqué. Financièrement il ne faut pas se tromper. Il faut définir les besoins des uns et des autres, solder le passé et faire l’inventaire complet avec toutes les parties prenantes de tout ce qui a été engagé sans rien oublier. Un projet de territoire autour d’un comité de pilotage va être engagé. Ce comité réunira tous les «utilisateurs» de l’eau : collectivités, agriculteurs, industriels, riverains et défenseurs de l’environnement. La priorité, c’est de déclencher les financements d’où ce projet de territoire. Le dialogue reste ouvert. Je suis responsable de la paix civile. Les discussions doivent se faire sur un terrain apaisé. Nous ne devons pas remplacer les compétences des gendarmes mais on aura toujours un œil sur le site».

Stationnement sauvage des gens du voyage à Castres : «Un Préfet a la possibilité de prendre un arrêté de mise en demeure dès lors que le trouble à l’ordre public est avéré.  C’est ce qui s’est passé sur le terrain de l’aéroport. Il fallait agir. La réalité c’est que nous avons à faire à des gens qui ne veulent pas partir, ce sont des locaux qui veulent rester à Castres, ce ne sont plus des gens du voyage. Je vais réunir dans les prochains jours le Sous-préfet, le maire et le Procureur pour faire le point sur les procédures, voir ce qui a déjà été fait et ce que l’on peut faire».

A lire aussi : Des TIG pour les délinquants routiers