Le programme urbain de Laden/Petit-Train officiellement sur les rails

Partager sur :

Photo (c) Ville de Castres

Lundi devant la presse et avant le vote mardi prochain lors du conseil municipal, le Maire de Castres, Pascal Bugis, a présenté le projet de renouvellement urbain prévu sur le quartier Laden/Petit-Train. Un projet de 36 millions d’euros qui va s’étaler sur 10 ans et qui « viendra changer considérablement le visage du quartier » selon le Premier magistrat.

Ce nouveau programme de renouvellement urbain se situe dans la continuité des transformations majeures engagées depuis des années autour de ce quartier : la réhabilitation du boulevard Mendes-France, requalification du CM 15 en lotissement, implantation de Pôle emploi et récemment la création d’un pôle d’échange multimodal au niveau de la gare routière.

Touchant 1120 personnes sur 13 hectares de superficie, il aura pour mission de réhabiliter et de développer ce quartier qui « souffre d’une mauvaise image ». En 2015, le quartier de Laden Petit Train a été retenu dans la liste des projets d’intérêt régional au titre de l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) et inscrit dans le volet territorial de Plan Etat Région.

Un protocole a été signé en août 2016 entre la Ville de Castres, l’Office Public de l’Habitat (OPH) et la Communauté d’agglomération de Castres-Mazamet pour étudier le renouvellement urbain du quartier.

« Les habitants ont déjà le sentiment que les choses bougent et que le quartier a évolué mais il fallait travailler sur l’habitat pour transformer l’essai », indique le maire Pascal Bugis. Selon lui, les objectifs sont clairs : augmenter la diversité de l’habitat et adapter la densité du quartier à son environnement, favoriser la mixité fonctionnelle et consolider le développement économique, renforcer l’ouverture du quartier et la mobilité des habitants et enfin réaliser des aménagements urbains et des programmes immobiliers de qualité ».

« Les études réalisées ont abouti à un programme de travaux répondant aux objectifs ANRU » ajoute le Maire. A savoir : 283 démolitions, « pour dédensifier le quartier », 309 réhabilitations, 70 constructions hors site par l’OPH et 50 constructions de maisons individuelles en accession à la propriété.

Un quartier plus ouvert sur l’extérieur

La suppression des barres les plus importantes permettra de réorganiser les circulations et de réaménager les espaces publics. Les démolitions auront aussi pour effet de dégager les perspectives visuelles et de supprimer l’effet d’enfermement ressenti au coeur du Petit-Train.

Une maison de projet pour accompagner les habitants

Pour accompagner les habitants durant ce renouvellement urbain, une maison de projet, située près de la gare SNCF, présentera les principales données du projet, le phasage des opérations et recueillera les idées et initiatives pour enrichir le projet.

La concertation a déjà commencé avec une réunion organisée le 6 février par l’OPH et destinée à l’information des locataires de l’Office.

Un accompagnement personnalisé pour chaque locataire sera proposé par les conseillères de l’office public de l’habitat (choix du type de logement, simulation APL…). Le déménagement sera également pris en charge.

En orange, les barres de bâtiment qui vont être démolies

 

En bleu, les bâtiments qui vont être réhabilités
En vert, les futures constructions