Le spectre du non-lieu

Le Parquet national financier, création de François Hollande, est une institution composée, n’en doutons pas, de magistrats de haute pointure, capables de soutenir, avec conviction, les accusations les plus graves.

Ce Parquet valeureux est parfois aux prises avec les situations les plus complexes à traiter c’est-à-dire avec celles qui s’appuient sur un dossier vide et qu’il faut bien compléter avec des injonctions morales et des comparaisons abusives qui n’ont pas lieu d’être.

Dans le procès qui concerne Nicolas Sarkozy, on ne peut qu’être saisi par une respectueuse admiration pour la faculté montrée par un Parquet national de faire du plein avec du vide.

Cette réussite n’a pas été obtenue sans effort avec de longues heures éprouvantes et l’appui intermittent du Chef du Parquet national qui tenait, en personne, à soutenir ses deux collaborateurs dans l’épreuve d’un travail quasi-impossible.

Ce Parquet, en effet, nous semble comparaître lui-même en accusé qui cherche à écarter par tous les moyens le spectre du non-lieu.

Jacques Limouzy

Tags: