L’école des parents

Aujourd’hui, il n’y a plus de sauvageons mais des sauvages. Les polissons d’autrefois sont devenus des délinquants et les délinquants des criminels.

La faute à qui ?

Certainement pas à l’école qui instruit mais qui n’élève pas.

La faute en revient à certains parents qui en sont venus à ne plus exister puisque l’éducation n’est pas donnée et l’éducation commence à la naissance.

L’incompétence, la crainte et la veulerie conduisent certains à une abstention condamnable et parfois à une disparition du concert familial qui n’existe plus.

Ils ont donné la vie, le gîte, le couvert et rien d’autre. Les animaux en font autant pour leurs petits et parfois mieux. Faudra-t-il ouvrir une école des parents avec scolarité obligatoire pour ceux qui ne mesurent pas le niveau de leur responsabilité ?

Ou faudra-t-il qu’un jour, à la fin d’une audience criminelle, il leur soit donné d’entendre l’avocat de leur fils dire à la Cour : «Mon client n’est pas entièrement responsable car en fait d’éducation, il n’en a reçu aucune» ?

Jacques Limouzy