L’école d’Orthopédie Orthèse et Podologie de Mazamet ouvre ses portes à l’international

Joël Hémond, Orthopédiste-Orthésiste chez Pouliot Orthopédique au Québec, accueille, depuis le 1er juillet, Camille, première étudiante de l’Ecole d’orthopédie – Orthèse – Podologie de Mazamet à s’exporter au Canada pour une période d’un mois.

«J’ai souhaité effectué mon stage à l’étranger afin de découvrir une nouvelle culture, développer certaines capacités telles que l’adaptabilité, l’ouverture d’esprit ou encore l’autonomie, mais surtout de nouvelles technologies, méthodes de fabrications et examens cliniques. Je découvre de nouveaux matériaux comme la fibre de carbone, des alliages et composites. Ils offrent la possibilité de développer des appareils de plus en plus sophistiqués, comme la toute dernière orthèse à propulsion qui permet de monter aisément les marches d’un escalier. Ces nouvelles technologies permettent aussi de mieux analyser les problèmes présentés par le patient. C’est le cas des caméras haute vitesse qui, pendant que le patient est en mouvement, génèrent 250 images/seconde du membre à appareiller. On ne peut obtenir une telle précision à l’œil nu. Par ailleurs, la fabrication et la conception assistées par ordinateur métamorphosent le travail de l’orthésiste. La prise d’empreintes se fait surtout en utilisant du plâtre. Mais avec un ordinateur et un lecteur laser, on peut aujourd’hui faire la lecture du segment d’un membre à appareiller. À partir de ces informations, un robot fabrique l’appareil orthopédique. Ma motivation première était d’acquérir un maximum d’informations au-delà de nos frontières pour les appliquer dans mon futur travail. C’est un bon moyen de préparer mon avenir, et de compléter mon CV. De plus, je travaille mon anglais. L’accueil dans cette entreprise a été très chaleureux voire paternel. Le cursus Québécois n’est pas le même qu’en France. Il mêle orthèse, prothèse et matériel médical. Cette expérience unique m’a permis de prendre confiance en moi, de m’autoévaluer par rapport à d’autres pratiques et de prendre conscience que la formation tout au long de la vie est vraiment une nécessité. ». Camille passera son examen en octobre prochain. Aucun doute, elle devrait l’emporter haut la main.