« Les 50 glorieuses » d’Albert Mamy

Elles constituent le cœur et la trame de l’ouvrage que vient d’écrire Albert Mamy sous le titre « Une passion Sorèzienne » que l’on hésite à qualifier de « mémoires » puisqu’une destinée aussi singulière n’apparaît pas devoir s’inscrire un jour dans un terme.

Albert Mamy m’a fait l’honneur de me demander d’écrire un avant-propos.

Dans cet ouvrage, il nous fait entrer dans sa vie personnelle pour nous raconter cinquante ans d’histoire de Sorèze, cette ville qu’il a façonné avec ses équipes municipales durant un demi-siècle.

Il parle de son engagement politique auprès de Valéry Giscard d’Estaing et de la « bande à Léo ». Il commente les lois qu’il a fait voter lorsqu’il était à la Commission des lois de l’Assemblée nationale et qui sont encore d’une grande actualité.

Il déroule le roman sorèzien à travers les « cinquante glorieuses » de cette moitié de siècle où il a été aux affaires en tant que maire de Sorèze, député, conseiller départemental et régional. Il nous donne aussi une photographie de sa vie d’avocat et un regard singulier sur le barreau de Toulouse qu’il a fréquenté pendant les quatre décennies où il a porté la robe de la défense.

D’une écriture légère et fluide où perce une pointe de poésie, il dépeint avec la nostalgie du temps qui passe, une époque où l’Ecole de Sorèze rayonnait encore.

Il évoque enfin, à travers anecdotes et portraits, les fameuses rencontres sorèziennes avec les nombreuses personnalités qui sont venues visiter « le site remarquable de France » de Sorèze.

Ce récit passionnera tous ceux qui aiment cette petite cité nichée au pied de la Montagne noire qui a traversé tous les défis d’hier et d’aujourd’hui.

Cet ouvrage à paraître début juillet est en vente chez votre libraire habituel.

Tags: