Les femmes à l’honneur au Château-musée du Cayla

Partager sur :

Jusqu’au 3 novembre, les femmes sont à l’honneur au Château-musée du Cayla. Cette exposition est le dernier opus de la trilogie Cultur’elles dans les musées départementaux.

Le Château-musée du Cayla nous livre une fresque de la place de la femme en milieu rural : travailleuse au domaine, maîtresse de maison, épouse, mère, veuve…

Les écrits d’Eugénie de Guérin font écho à des œuvres d’artistes et sont largement illustrés d’une riche iconographie. Pour apporter une touche contemporaine, Philippe GROLLIER, photographe installé dans le Tarn, nous livre 20 portraits de Tarnaises implantées dans les territoires ruraux aujourd’hui.

Eugénie de GUERIN est le témoin de son temps. Dans son journal, elle brosse le portrait du quotidien d’un domaine rural avec les différents métiers et activités pratiqués par les femmes. Un travail qui est double : celui qui participe à la bonne marche de la ferme et des activités rurales et les tâches domestiques. Dans une France majoritairement rurale, l’agriculture est le premier secteur d’emploi féminin. Au sein des exploitations familiales, l’épouse ou la fille sont donc des piliers du monde agricole. Le domaine du Cayla n’échappe pas à ce schéma social.

L’exposition est composée de morceaux choisis du journal d’Eugénie de GUERIN et des écrits de Louisa PAULIN, enseignante et poétesse occitane qui, à un siècle d’écart en ce début du XXème siècle, nourrit pour Eugénie de GUERIN une grande admiration. Eugénie et Louisa vivent toutes les deux à la campagne et observent le quotidien des femmes modestes qui les entourent : les paysannes et les domestiques, les gens du lieu qui travaillent la terre (laboureuses, semeuses, vendangeuses..).

L’ensemble de ces écrits sont confrontés à des représentations de femmes (peintures, sculptures, photographies…) dans ce quotidien de labeur. Ces œuvres sont le fait d’artistes femmes (Marie PETIET, Amélie GALUP, Lucie BOUNIOL..) ou d’artistes masculins régionaux (Edouard DEBAT-PONSAN, Joseph-Bernard ARTIGUE, Arthur BATUT, Edmond TRUTAT) et de portée nationale parmi lesquels le naturaliste Léon LHERMITTE mais aussi de photographes anonymes repérés dans le fonds photographique de l’association CORDAE La Talvera.

Le parcours scénographique est également ponctué de préceptes issus de penseurs du XIXème siècle, en particulier des ouvrages de Napoléon LANDAIS, lexicographe qui, au début du XIXème siècle théorise l’éducation des femmes et l’idée du mariage dans ses « Lettres sur le mariage ». Tout au long de l’exposition, le visiteur peut aussi entendre des chants traditionnels, morceaux choisis parmi les pastourelles et les chants de moissons, fenaison, jeunes mariés et autres…

A l’extérieur du musée, suite à une commande photographique passée par le Conseil départemental du Tarn auprès du photographe Philippe GROLLIER, 20 photographies de femmes à la campagne d’aujourd’hui sont présentées et permettent au visiteur de mesurer l’évolution des mœurs quant-au statut social des femmes.

Exposition en collaboration avec Muriel VERNIERES et l’Institut d’Etudes Occitanes du Tarn

Photographies Philippe GROLLIER

Exposition visible aux horaires d’ouverture du musée.