Les guerres de religion :
L’Islam responsable et victime

Qu’on ne nous raconte plus que la laïcité va faire disparaître autre chose que les apparences dans les guerres de religion qui constituent le fond de la plupart des querelles qui agitent le monde avec une vigueur que l’on constate chaque jour.

Le croire serait dire qu’entre Israël et la Palestine, il n’y a rien de religieux, pas plus que dans la transposition de ce conflit dans le monde jusque dans la vie quotidienne, comme dire qu’il n’y a rien de religieux en Syrie, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan ni enfin en France puisque elle est en Europe la première puissance musulmane et la première puissance juive.

Or, tout le monde sait bien que c’est l’Islam qui est le responsable comme aussi la victime des désordres constatés.

Chacun des deux adversaires appelle à la nécessité d’un antiracisme salutaire, alors que le racisme naît chaque jour de leur conflit dont ils deviennent eux aussi les auteurs et les victimes.

L’Islam est une religion insaisissable parce que multiple, depuis la disparition d’un commandeur des croyants unique, on ne sait plus à qui s’adresser ! Mais le sut-on jamais d’ailleurs ?

Cette religion n’est pas temporellement administrée, elle n’a de clergé que des mémorants du Coran, avec les commentaires de ce qui s’y trouve, ce qu’on croit y voir, ce qui devrait s’y trouver et ce qui ne s’y trouve pas.

Peu organisé, partagé par des hérésies irréconciliables, fourmillant de sectes maximalistes qui n’améliorent pas son image mais servent d’asile à des terrorismes qui sous couvert de religion cherchent à imposer n’importe qui ou n’importe quoi, tel est l’Islam.

Que des déviations terroristes prétendent au-jourd’hui s’ériger en “Etat Islamiste” reste inévitable dans la mesure où il s’agit de ressusciter une religion qui fut combattante en l’opposant à une autre, mais laquelle ?

Tout simplement la civilisation occidentale, celle de l’Europe, de l’Amérique et d’ailleurs où elle a été adoptée, c’est-à-dire de celle qui dans ses traditions, ses moeurs et ses comportements est un héritage essentiellement chrétien quels que soient les efforts qu’elle fasse pour le dissimuler.

Or l’Islam, qui historiquement a toujours mêlé le civil et le religieux, conçoit mal qu’il en soit chez les autres autrement que chez lui.

On voit là pourquoi l’assimilation est difficile entre l’Islam société civile et une autre société civile elle-même héritière d’une religion.

La France par exemple assimile jusqu’à les confondre et depuis plus d’un siècle les Italiens, les Polonais, les Espagnols, les Portugais parce qu’ils sont, même s’ils ne l’admettent pas tous, d’origine chrétienne.

La même assimilation se fait avec beaucoup plus de difficulté avec des peuples musulmans.

Parmi les jeunes gens qui partent faire la Guerre sainte au Moyen-Orient beaucoup ne sont pas seulement en lutte contre les valeurs occidentales mais aussi à la recherche même inconsciente de leurs origines.

Et si nous avons nous-mêmes quelques difficultés intellectuelles à nous rendre compte de ce qui se passe au Moyen-Orient, c’est tout simplement parce que notre religion encore dominante n’est plus, ni apostolique, ni conquérante et qu’en France, à côté d’églises trop vides, la plupart des mosquées sont pleines.

Jacques Limouzy

1 comment

Comments are closed.