Les Jeunes Agriculteurs du Tarn dénoncent l’artificialisation des terres avec coeur

Les Jeunes Agriculteurs du Tarn dénoncent l’artificialisation des terres avec coeur. C’est le message que nous avons souhaité faire passer jeudi 12 juillet au Mas de Rest de Gaillac, où nous avons remis deux chèques de 800 € à deux associations tarnaises en faveur d’enfants malades : « Un doux avenir pour Méline » et « Une oreille pour Gabriel ». En effet, il nous tenait à coeur d’alerter la population et les collectivités à la disparition du foncier agricole par une action différente du blocage de routes. A travers notre action nous avons donc décidé d’oeuvrer pour des associations d’enfants malades car la détermination de ces enfants et familles face à la maladie fait échos à l’engagement pris par les Jeunes Agriculteurs pour défendre, au quotidien, la jeunesse et l’agriculture.

Cette action a pris naissance en 2017, lorsque nous avons décidé, par un semi de sorgho, d’alerter les pouvoirs publics et l’opinion sur l’absurdité d’implanter une centrale photovoltaïque sur 17 hectares de terres fertiles en vue d’offrir le fruit de la récolte aux associations. A cette occasion, les échanges avec les élus locaux avaient été quelque peu tendus. Et ils ne se sont pas améliorés lorsque la municipalité a décidé de broyer une partie des cultures avant récolte pour l’installation des panneaux photovoltaïques. L’intercommunalité a par la suite souhaité « se racheter » en faisant un geste financier pour la remise de chèques.

Malgré cette compensation, nous avons tenu à rappeler que la question de l’artificialisation des sols préoccupe grandement la profession. Notamment dans le cas de la centrale photovoltaïque du Mas de Rest car il n’y a aucune création d’emploi à la clé et 10 ha supplémentaire sont en péril à l’opposé de Gaillac pour étendre la zone Roumagnac 2…

Les jeunes agriculteurs ne sont pas contre le développement économique et nous sommes conscients des besoins en énergies renouvelables puisque nous y prenons part à travers les installations photovoltaïqueS sur nos toitures. Mais nous souhaitons, de la part des intercommunalités, une réflexion plus poussée et plus cohérente de l’utilisation des sols qui ne conduise pas systématiquement à l’artificialisation de nouvelles terres. D’autres solutions existent comme la reconstruction de la ville sur la ville, la réhabilitation du bâti existant ou encore la construction verticale plutôt qu’horizontale. Toutes ces solutions sont, pour nous, à prioriser.

De plus, Il est facile d’accuser l’agriculture comme l’activité responsable de tous les maux notamment lors de crues ou de catastrophes naturelles. C’est bien commode pour se dédouaner des compromissions, d’un urbanisme anarchique, mais cela n’est ni juste ni pertinent car c’est bien l’artificialisation des sols qui entraîne de lourdes conséquences sur le changement climatique (émissions de gaz à effet de serre des secteurs résidentiels, tertiaires, industriels et du transports) et augmente les risques environnementaux tels que la pollution, les inondations, ou encore les pics de chaleurs.

Pour conclure, nous souhaitons remercier l’ensemble des personnes et structures qui se sont associés à notre action et nous ont permis sa réussite sur la partie humaine tout du moins. Pour le reste, il y a encore du pain sur la planche…

Zoom sur les associations :

Un Doux avenir pour Méline

Méline, de Cadalen, est atteinte d’une maladie orpheline dont elle est la seule porteuse connue. « Elle a 5 ans, mais en fait c’est une petite fille de 6 mois, résume sa maman Alex. Elle ne parle pas, ne tient pas assise, de déglutit pas… » Les complications médicales sont malheureusement nombreuses et fréquentes. Le matériel nécessaire à la prise en charge de sa maladie est tout aussi indispensable qu’onéreux. C’est au financement d’une partie de sa future salle de bain médicale que servira le chèque des JA81.

Une oreille pour Gabriel

Gabriel est un petit albigeois de deux ans et demi né sans oreille droite. Il n’a pas de conduit auditif ni de tympan et souffre donc d’une surdité sévère. Aucune solution n’existe pour lui en France, mais une opération est possible aux États-Unis. « Cette opération permettrait de lui redonner une oreille et de récupérer l’audition jusqu’à 30 décibels », expliquent ses parents Marie et Romain. L’opération en elle-même se chiffre à 75 000€ sans compter les cinq semaines de séjours nécessaires sur place. Le chèque des JA81 aidera à boucler le budget.