« Les tribulations d’un Chinois en Chine »

Mon oncle,

je vous l’ai toujours dit : Folliot a la presse pour lui. Il vient de se payer une demi-page dans le « Canard enchainé » qui ne lui a rien couté.

Ce qui ajoute une page de plus à une aventure jamais terminée où il fut surnommé « Philibert Besson du Lycée Papillon », « Tartarin de Tarascon à la chasse au lion » et aujourd’hui, en Chine, à l’invitation de Jean-Paul Belmondo, dans le célèbre film de Philippe de Broca, « Les tribulations d’un Chinois en Chine ».

La présence d’une chinoise auprès de Monsieur Folliot fait penser à Fausta ou à la Comtesse de Cagliostro dans Arsène Lupin de Maurice Leblanc.

L’aventure de ce jeune sénateur se confirme. Il pourra écrire comme Napoléon : « Quel roman que ma vie ! ».

Un roman qui sera certainement de cape et d’épée comme ceux de Paul Féval et de Michel Zévaco. Il est vrai, que comme Folliot, ils écrivaient par feuilleton.

Nous entendons avec impatience la prochaine livraison.

A vous lire mon oncle

Innocent Patouillard