L’universel et l’international

Mon éditorial L’Islam responsable et victime” de la semaine dernière avait été écrit avant les évènements qui ont été vécus. Il m’apparaît que rien ne mérite d’y être changé.

Le mouvement qui dimanche a soulevé la Nation dans ses profondeurs a révélé une fois de plus l’aptitude historique de notre pays à la fréquentation de valeurs universelles.

C’est dans l’universel que la France se retrouve beaucoup plus que dans l’international qui lui réussit mal.

Si la France est à la pointe du combat en Afrique et ailleurs, contre un terrorisme qui se positionne de plus en plus comme un Etat qui nous choisit comme un adversaire prioritaire avec les conséquences que l’on voit aujourd’hui, elle ne peut plus être seule !

Si donc autant de Nations et non des moindres sont venues dimanche à Paris, nous sommes amenés à nous demander ce qui les y a conduit en la personne de leurs chefs.

Au-delà des apparences de leur présence dont elles doivent être remerciées ont-elles enfin compris qu’elles ne devaient plus laisser la France seule dans les engagements militaires qu’elle conduit dans le monde et qui ne sauraient vivre d’approbation si chaleureuses soient-elles ?

Ceci veut dire que si l’on veut donner à l’Armée française des tâches supplémentaires sur le territoire national, on devra se souvenir que de réduction en réduction, ses capacités opérationnelles tiennent en effectifs largement à l’aise dans le Stade de France et qu’elle ne pourra être longtemps à la fois au four et au moulin.

Jacques Limouzy

Tags: