Marie Jo Amalvy dans l’Ordre national du mérite

Le journal officiel du 3 décembre publie l’annonce de la nomination de Marie José Amalvy au grade de chevalier dans l’Ordre national du mérite. La présidente des Compagnons du Théâtre voit ainsi récompensé son engagement pour l’art lyrtique et l’éducation populaire.

Ce 3 décembre, la République a fait un beau cadeau à Marie Jo Amalvy, en publiant sa nomination au grade de chevalier dans l’Ordre national du mérite, le jour de son anniversaire.

Bien connue dans le monde du théâtre lyrique pour être une infatigable défenseuse de cet art, Marie-José Amalvy est, depuis 1998, Présidente des Compagnons du Théâtre après en avoir été Secrétaire générale de 1986 à 1998. Actuellement, elle supervise la production 2020 de La fille de madame Angot, de Charles Lecocq, qui sera donnée au théâtre de Castres du 18 au 21 avril.

Elle a rejoint la troupe alors qu’elle n’avait que 14 ans, et, à 77 ans, tout en dirigeant l’association, elle pratique toujours le chant, comme membre du chœur. Adolescente, elle a pris ses premiers cours avec Annette Amalvy-Aguilo, quadruple premier prix du conservatoire de Toulouse, initiatrice de la compagnie avec son mari André qui fut le premier président de l’association. C’est dans la troupe qu’elle a rencontré son futur époux, Yves Amalvy, auquel elle a succédé comme présidente. Chez les Amalvy, l’art lyrique est une affaire de famille depuis 1953.

L’éducation populaire est le moteur de l’engagement social et culturel de Marie-José : « J’ai repris cette troupe avec pour seule vocation d’être un découvreur de talent et de faire de la transmission de savoir, avec les professionnels dont je me suis entourée ».

Depuis 1986, autodidacte en matière de production artistique et entièrement bénévole, elle coordonne l’ensemble des professionnels intermittents (metteur en scène, chef d’orchestre, chef de chœur, chef de chant, décorateur, costumier, chorégraphe) qui permettent de monter le spectacle annuel. Avec son complice Jean-Philippe Arbona, elle assume également les tâches administratives de la compagnie.

Déterminée, enthousiaste avec ses interlocuteurs et bienveillante avec les artistes, elle est considérée comme l’âme de la troupe : elle est à la fois dirigeante, productrice et découvreuse de talents.

Attachée à la qualité du spectacle offert au public, elle insiste toujours sur la singularité des Compagnons du Théâtre : « Nous sommes une des seules structures en France qui permet d’aller de la pédagogie pure jusqu’à la représentation d’une pièce dans des conditions professionnelles. Nous travaillons sur le principe d’une troupe en résidence ».

Disposant d’une culture musicale allant du lyrique à la chanson française, durant plusieurs années elle a scénarisé et mis en scène des spectacles à thème sur le mode du medley, permettant à des artistes amateurs de présenter leur travail et à de jeunes professionnels de faire leurs premiers pas dans un autre genre que le lyrique.

Initiatrice de la classe de chant du conservatoire de Musique et de Danse du Tarn, elle a été administratrice de l’ADDA du Tarn et d’Opéra éclaté, dirigé par le metteur en scène Olivier Desbordes (Festival de Saint Céré).

Professionnellement, après avoir été apprenti styliste dans une usine textile de Castres à l’issue de son certificat d’études, elle a rejoint l’entreprise artisanale de son mari, en 1963, pour prendre en main la comptabilité et la gestion, tout en assurant ses tâches de mère de famille. Elle est aussi médaillée d’Or de la Jeunesse et des Sports en 2012 (Éducation populaire).

La Semaine lui adresse ses plus vives félicitations.

La Rédaction

Vous pouvez découvrir Les Compagnons du Théâtre sur ce site.